plage-goa-inde-palolem

Goa est un lieu assez singulier en Inde, très différent du reste du pays. Avant d’y aller, je pensais que c’était une ville, ou du moins un endroit aux dimensions assez limitées. Il n’en est rien puisqu’en fait Goa est un Etat à part entière, même si c’est le plus petit Etat d’Inde. Avec plus de 100km de littoral du Nord au Sud, il y a beaucoup de villes différentes, donc mieux vaut étudier un peu avant d’organiser un voyage à Goa. L’ancien repère des hippies des années 60 accueille maintenant les nouveaux routards alternatifs qui mangent vegan et font du yoga, mais aussi nombre de touristes aisés qui voyagent dans des resorts de luxe. C’est surtout un lieu de vacances très prisé des Indiens qui viennent voir la plage et faire la fête dans cet Etat, où la législation est beaucoup plus souple que dans le reste du pays, notamment sur l’alcool. C’est assez courant d’entendre les voyageurs dénigrer le côté « trop touristique » de Goa, mais en fait, il faut savoir que la majorité des touristes là-bas sont des touristes indiens. La forte différence de Goa par rapport au reste de l’Inde tient à son histoire: l’Etat a été sous domination portugaise du XVIème siècle jusqu’à 1961, date de son indépendance et les Goannais sont en majorité catholique. En résulte un beau patrimoine culturel et architectural, qui justifie à lui seul un voyage à Goa, au-delà des plaisirs de la plage et de la fête.

J’ai passé au total plus d’un mois et demi à Goa, entre décembre 2015 et février 2016, avec mon amie Emily, qui a publié plusieurs articles sur son blog de voyage. Que ce soit pour profiter de la plage, faire la fête, pratiquer le yoga ou la méditation ou visiter le patrimoine culturel, voilà les meilleurs endroits où il faut aller pour bien profiter d’un voyage à Goa.

Faire du yoga et de la méditation: Arambol

Méditation face au coucher de soleil sur la plage d'Arambol à Goa

Méditation face au coucher de soleil sur la plage d’Arambol à Goa

Autant le dire tout de suite, Arambol a été mon endroit préféré à Goa. C’est devenu une sorte de lieu de ralliement pour tous les nouveaux hippies vegan ou végétarien, adeptes du yoga, de la méditation et de toutes sortes de philosophies et thérapies orientales comme le tai-chi, le reiki, le qi-gong… Beaucoup de « doux-dingues » un peu farfelus mais sympathiques et pacifiques. Même si on ne fait pas vraiment partie de cette mouvance, ce qui est mon cas, on apprécie la joyeuse harmonie et l’amour fraternel qui s’en dégage. En plus, c’est aussi un bon endroit pour profiter de la plage.

Cours de yoga et accro-yoga sur la plage d'Arambol

Cours de yoga et accro-yoga sur la plage d’Arambol

Arambol, c’est donc l’endroit idéal pour faire du yoga et de la méditation. Il y a plein de centres qui proposent des cours toute la journée. Il suffit de longer la plage ou de jeter un oeil sur les tableaux d’annonces. Pour ma part, j’ai beaucoup aimé le Love Temple qui propose des activités variées, du yoga au qi-gong en passant par la danse Bollywood. J’y ai découvert notamment la méditation tantrique, qui est une forme de méditation appliquée à l’amour et la sexualité. Avec des exercices, pratiqués seul ou à deux, on apprend à davantage ressentir ses sensations, à mieux faire circuler l’énergie dans son corps et à entrer en communion avec son partenaire. C’est une très bonne pratique pour se sentir mieux dans sa peau et ses relations avec les autres et pour vivre une sexualité plus épanouie.

Les jongleurs s'exercent sur la plage d'Arambol à Goa

Les jongleurs s’exercent sur la plage d’Arambol à Goa au coucher du soleil

Le rendez-vous quotidien à Arambol c’est d’aller voir le coucher de soleil sur la plage. Les jongleurs viennent s’exercer avec les dernières lueurs du jour et les vendeurs de babioles étalent leur marchandises sur des étoffes colorées. Des joueurs de tam-tam se rassemblent dans un grand cercle pour jouer de la musique et faire danser les spectateurs: c’est le drum-circle. Pour rester dans cette atmosphère « peace and love », le soir il faut aller faire un tour au « Twice in Nature », un bar dans la forêt avec des concerts de musique alternative, ou au « Banyan Tree », réputé pour ses soirées d’extactic danse. C’est un peu spécial, mais intéressant à voir.

goa-pool-party-riva-resort

La plage d’Arambol est aussi très agréable. Pour être plus au calme, mieux vaut descendre un peu plus au Sud. En marchant le long de la plage on arrive assez vite à la ville suivante: Mandrem. C’est là d’ailleurs que beaucoup de monde se donne rendez-vous le dimanche après-midi pour la « Pool party » du Riva Beach Resort (gratuit). On peut chiller et boire un coup sur une grande pelouse où s’exercent jongleurs et adeptes du accro-yoga, tout comme danser ou profiter de la piscine.

L’autre endroit principal pour faire du yoga et de la méditation, c’est Palolem, tout au Sud de Goa: rendez-vous dans mon paragraphe en fin d’article.

Faire la fête: Anjuna, Vagator et Baga

Sortie le soir à Anjuna à Goa (crédit photo: Travel and Film)

Sortie le soir à Anjuna à Goa (crédit photo: Travel and Film)

Les fêtes de Goa ne sont plus ce qu’elles étaient il y a quelques années. La faute notamment au durcissement de la législation de l’Etat qui a interdit les nuisances sonores après 22h. Il n’y a donc plus de grosses fêtes sur la plage, mais plutôt dans des clubs ou dans des bars. Les trois villes qui ont la night life la plus dynamique sont Anjuna, Baga et Vagator. C’est surtout le paradis pour les amateurs de musique transe psychédélique, notamment à Anjuna avec le Curlie’s, un grand bar sur la plage et le NYEX, un établissement beaucoup plus chic et très prisé par les Russes, et à Vagator avec le Nine Bar et le Hilltop. Si on n’aime pas la transe par contre, difficile de bien profiter… Pour ce qui est de Vagator, la ville risque toutefois de perdre un peu d’ambiance avec le départ du Sunburn, le plus gros festival de musique d’Asie. C’est là qu’il avait lieu tous les ans, réunissant les meilleurs DJ mondiaux comme David Guetta, Kygo ou Martin Garrix, mais cette année, il aura lieu à Pune, près de Mumbai… Difficile de dire comment ça va impacter la vie locale, car le Sunburn était un très gros rendez-vous fin décembre qui attirait beaucoup de fêtards indiens.

La plage de Vagator à Goa

La plage de Vagator à Goa

Pour les amateurs de musique plus généraliste, il faut plutôt aller à Baga, dans les bars et boîtes qui longent Tito’s Lane. Personnellement, je n’ai pas aimé car il y a beaucoup de monde et je me suis sentie mal à l’aise d’être constamment dévisagée et observée par les indiens. Par contre, mon amie Emily a beaucoup aimé et en a bien profité… donc à chacun de se faire son opinion. Les deux boîtes les plus populaires sont le café Mambo et Tito’s courtyard. L’avantage, c’est que c’est gratuit pour les filles. Les hommes ont d’ailleurs du mal à rentrer seuls et quand ils le sont, ils attendent devant pour pouvoir rentrer avec une femme. Entre Baga et Anjuna, se trouve un des plus gros clubs de Goa, au sommet d’une colline: le club Cubana. Mercredi soir, c’est Ladies Night avec entrée gratuite pour les filles et open bar.

Pour ma part, mon endroit préféré pour sortir le soir à Goa, ça a été le Saturday Night Market d’Arpora (entre Baga et Anjuna). Mais ça, j’en parle plus loin dans mon paragraphe sur le shopping…

Se faire chouchouter dans un resort de luxe: Candolim

Le Novotel Goa Shrem Resort à Candolim

Le Novotel Goa Shrem Resort à Candolim

C’est le gros avantage des pays où il y a une forte différence de coût de la vie par rapport à l’Occident: on peut plus facilement se payer un hôtel de luxe sans se ruiner. Candolim est une ville bien située dans l’Etat de Goa, au sud de la partie Nord, ce qui veut dire que c’est un bon point de base si on veut profiter des plages du Nord, faire la fête à Baga ou Arpora, ou visiter les sites culturels de Panjim et Old Goa. Plusieurs hôtels de luxe se sont donc installés à Candolim et c’est là où nous avons pu profiter de trois jours au Novotel Goa Resort & Spa avec Emily. Une très belle parenthèse car notre voyage en Inde n’a pas toujours été de tout repos, et ça fait spécialement du bien de faire un break. Les chambres sont spacieuses et bien décorées. Le vrai plus de l’hôtel, c’est sa superbe piscine, suffisamment grande pour faire des longueurs, et il y a un bar où on peut siroter un cocktail tout en restant au frais dans l’eau. Il y a aussi un spa pour se faire masser et une salle de sport. Le petit-déjeuner buffet est royal, avec à la fois des viennoiseries occidentales et des spécialités indiennes. On a mangé plusieurs fois au restaurant de l’hôtel et je vous recommande notamment le thali goanais, les crevettes péri péri et le poulet cafreal.

piscine-novotel-goa

Faire du shopping: Anjuna et Arpora

Pour faire du shopping à Goa et ramener de beaux souvenirs indiens, il y a deux rendez-vous hebdomadaires à ne pas manquer: le flea market du mercredi d’Anjuna et le saturday night market d’Arpora. Même si on n’a pas envie de faire trop d’emplettes, les deux endroits sont de très bonnes occasions de balades. Pour acheter, il faut toutefois bien négocier et ne pas hésiter à diviser les prix par deux par rapport à ce qui est demandé au départ. Toujours bien faire le tour des stands et demander les prix dans plusieurs endroits différents pour se faire une idée. A Anjuna par exemple, avec Emily on a acheté deux saris pour 800 roupies (env 12 euros) chacun.

Le marché du mercredi d'Anjuna

Le marché du mercredi d’Anjuna

Le Saturday night market d’Arpora a vraiment été un de mes coups de coeurs à Goa! On peut à la fois faire du shopping, super bien manger, boire un coup et faire la fête puisqu’il y a des concerts et une piste de danse avec DJ qui finit tard dans la nuit.

goa-saturday-night-market-arpora

Voir des sites culturels: Panaji, Old Goa, Quepem et Chandor

L'église Notre-Dame de l'Immaculée Conception à Paniji

L’église Notre-Dame de l’Immaculée Conception à Paniji

Avec son histoire coloniale, Goa dispose d’un très beau patrimoine architectural portugais, avec de superbes églises blanches immaculées et de belles maisons de style colonial à visiter. La plupart des sites majeurs sont regroupés à Panaji et Old Goa, dans la partie nord de l’Etat, mais il y a aussi des maisons qui méritent le détour plus au sud, à Quepem et Chandor.

Les azulejos de l'Institut Menezes-Breganza à Paniji

Les azulejos de l’Institut Menezes-Breganza à Paniji

Panaji, plus couramment appelée Panjim est la capitale de l’Etat de Goa. C’est un vrai plaisir de se balader dans les ruelles étroites de la vieille ville (notamment 31st january road) avec ses maisons d’influence portugaise et ses azulejos. Il faut aller voir l’église Notre-Dame de l’Immaculée Conception, une des plus belles de l’Etat de Goa avec sa façade d’une blancheur éclatante et l’institut Menezes-Braganza, avec de très beaux azulejos dans le hall d’entrée. Je vous recommande de visiter le musée de l’Etat de Goa (State of Goa Museum), et en plus c’est gratuit. Il y a beaucoup de beau mobilier portugais exposé, on en apprend beaucoup sur l’histoire de cet Etat, notamment sur les violences lors de l’Inquisition menée par les Portugais pour convertir les Indiens au christianisme ainsi que sur la lutte pour l’indépendance, acquise en 1961 pour Goa. Une sortie très sympa à faire à Panjim: tous les dimanche soirs, il y a un concert gratuit au jardin municipal (municipal garden sur church square). Il faut y tester la boisson locale: le Fenito, c’est comme un mojito, mais avec du Feni, de l’alcool de noix de cajou à la place du rhum.

Les églises de Old Goa

Les églises de Old Goa

Old Goa, c’est l’ancienne capitale de l’empire portugais d’Asie, abandonnée au XVIIème siècle après des épidémies de choléra et paludisme. Aujourd’hui, la cité est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco et c’est un endroit à ne pas louper lors d’un voyage à Goa. Il y a une concentration impressionnante d’églises, comme la Basilique du Bom Jesus, haut lieu du monde catholique qui abrite la dépouille de saint François-Xavier, le saint patron de Goa. Il y a aussi la Cathédrale Sainte-Catherine (Sé), qui est la plus grande église de Old Goa, l’Eglise Notre-Dame du Rosaire… Le Monastère saint-Augustin, en ruines est idéal à voir lors du coucher du soleil. A visiter également: le musée archéologique, installé dans le couvent sainte-Monique. Mieux vaut prévoir une grosse demi-journée de visite pour voir l’ensemble des sites car c’est assez étendu et le soleil se couche toujours tôt à Goa.

Le palacio do deao à Quepem

Le palacio do deao à Quepem

Pour voir autre chose que des églises il faut aller plus au sud, à Quepem, où se trouve une des plus belles maisons de Goa: le palacio do Deao. C’est l’ancienne demeure du prêtre portugais José Paulo de Alemida, fondateur de la ville de Quepem. Aujourd’hui elle est habitée par un couple de Goannais qui ont tout rénové et font visiter eux-même leur maison. Le cadre est superbe et le jardin aussi! Mieux vaut juste téléphoner avant d’y aller pour être sûr que c’est ouvert (91.832 266.40.29). Prix d’entrée sur donation.

La maison Braganza à Chandor

La maison Braganza à Chandor

Pas très loin de Quepem, à Chandor, il y a deux autres maison qui valent le détour. La maison Bragança tout d’abord, divisée entre deux ailes, est et ouest, et qui appartient à deux familles différentes. Là encore, ce sont les propriétaires qui vous font la visite, ou la femme de ménage… Il y a du superbe mobilier et des objets précieux. Dans l’aile est, une petite chapelle familiale conserve un ongle de saint François-Xavier. J’ai vraiment adoré la visite de ces maisons. C’est un vrai voyage dans le temps, et à chaque fois, nous étions seules pour la visite, donc on peut vraiment découvrir les lieux dans le calme et la sérénité. Les deux entrées sont de 200 et 150 roupies.

La maison Fernandes à Chandor

La maison Fernandes à Chandor

Un peu plus loin à Chandor, se trouve la maison Fernandes. Là encore, on est acceuilli par le propriétaire des lieux qui raconte l’histoire de la maison. Prix sur donation. Pour visiter ces trois maisons, Palacio do Deao, Brangança et Fernandes, mieux vaut louer un scooter ou un rickshaw à la journée (1200 Rs en négociant). Pour loger pas trop loin, je vous recommande Colva ou Benaulim. La « grande » ville la plus proche avec les meilleures connexion de transport c’est Margao, mais ça n’est pas du tout sympa d’y dormir.

Profiter de la plage: Palolem

La plage de Palolem au sud de Goa

La plage de Palolem au sud de Goa

Avec 100km de littoral, il y a bien sûr beaucoup d’endroits pour profiter de la plage à Goa. Pour en avoir un bon aperçu, je vous invite d’ailleurs à lire le Top 10 des plus belles plages de Goa sur le blog Travel and Film. Pour ma part, j’ai beaucoup aimé celle d’Arambol, tout au nord de Goa, mais ma préférée, cela a été à Palolem. C’est une petite ville tout au sud de Goa, et beaucoup plus tranquille qu’ailleurs. C’est aussi là qu’on trouve les huttes de plages et les hôtels meilleur marché. Il y a aussi beaucoup de cours de yoga, et plein de petits instituts pour faire des massages ayurvédiques, le massage traditionnel indien à l’huile. Le meilleur qu’on a testé avec Emily c’était au restaurant Papillon, sur la partie droite de la plage de Palolem, pour 500 roupies pour une heure.

Soirée Silent Disco au Neptune Point à Palolem (crédit photo: Travel and Film)

Soirée Silent Disco au Neptune Point à Palolem (crédit photo: Travel and Film)

Palolem est une ville plutôt tranquille, et il ne faut pas venir là pour faire la fête, mais le samedi soir, il faut aller à la soirée Silent Disco à Neptune Point (500 Rs l’entrée). C’est une rave silencieuse, c’est-à-dire qu’on fait la fête avec un casque sur les oreilles. Il y a trois DJ qui mixent en même temps, donc on peut choisir entre trois ambiances musicales différentes selon ses goûts. En fonction de la musique choisie, on a une petite lumière bleue, rouge ou verte sur son casque, donc on peut voir qui écoute la même musique et danser enemble. J’ai vraiment adoré ce concept! Déjà on peut ajuster le volume sonore dans son casque, ce qui évite de s’abimer les tympans avec de la musique trop forte comme c’est souvent le cas en boite de nuit. Et en plus, quand on veut discuter avec des gens, il suffit d’enlever le casque et de parler normalement sans avoir besoin de crier pour s’entendre dans le bruit. Vraiment un très bon concept de soirée que j’aimerais voir plus souvent!

Carnet pratique pour organiser un voyage à Goa

Y aller: l’aéroport international de Goa est situé à Dabolim, au milieu de l’Etat de Goa, donc pratique pour rallier le nord ou le sud. Vous pouvez faire une recherche de billets d’avion au meilleur prix sur ce site. Sinon, pour aller à Goa quand on est déjà en Inde, c’est aussi possible de voyager en train. Mais pour cela, mieux vaut acheter ses billets dans une gare car sur internet c’est un peu compliqué.

Y dormir: c’est assez facile de trouver des hôtels pas cher (à partir de 500 roupies une chambre double, soit 7 euros) en arrivant sur place et en négociant auprès des rabatteurs ou des hôtels. Attention toutefois aux périodes de Noël, Nouvel An ou carnaval, où les prix sont plus élevés et l’affluence au rendez-vous… SI vous préférez réserver à l’avance, je vous conseille de passer par ce site. Pour les resorts de luxe en revanche, mieux vaut réserver à l’avance. Pour réserver un séjour au Novotel Goa Resort & Spa à Candolim, cliquez ici.

Se déplacer à l’intérieur de Goa: la meilleure solution, c’est de pouvoir louer un scooter ou une moto car les transports publics ne sont pas très pratiques. Par contre, mieux vaut avoir un peu d’expérience en conduite de deux-roues car la circulation est intense et les routes réservent de mauvaises surprises… Avec Emily, nous avons tout fait en bus, taxi ou rickshaw et c’est vrai que ça complique et limite un peu les déplacements. En bus, il faut toujours prendre des connexions dans les trois gares principales de l’état: Mapusa, Panaji et Margao.

Quand aller à Goa? La saison touristique à Goa s’étend de novembre à avril, mais le mieux, c’est de décembre à février. De mai à octobre, c’est la saison des pluies, et quasiment tout est fermé. Le mois de décembre est une très bonne période, car Goa étant un Etat catholique, il y a les décorations de Noel partout. Au mois de février, il y a le carnaval de Goa et c’est très sympa d’assister au défilé (vérifier les dates, car elles changent tous les ans).

A lire aussi:

Note: merci AccorHotels pour l’invitation au Novotel Goa.

 



 

 

Voyage nature à travers l’île de Kyushu au Japon
5 visites à ne pas manquer lors d’un voyage en Bulgarie

11 commentaires pour “Plage, fête ou yoga… Où aller à Goa en fonction de ses envies?”


  1. Super article qui résume bien tout ce qu’on peut faire à Goa. Et puis pour les touristes, non seulement, il y a beaucoup de touristes indiens, mais on trove aussi plein d’endroits très tranquilles et puis même avec beaucoup de touristes, il y a toujours beaucoup de places pour tout le monde, c’est pas du genre à ne pas savoir ou mettre sa serviette! Ah ça me rappelle notre voyage à Goa! Nostalgie.





  2. Merci pour cet article et surtout ces belles photos. Je dois programmer un voyage pour découvrir Goa avec ma famille 😉 pourquoi pas pour les vacances d’été prochaines.


    • Sarah

      Répondre

      Bonne idée, mais attention, pendant l’été c’est la saison des pluies à Goa et la plupart des hôtels sont fermés. Mieux vaut y aller de novembre à mars…




  3. Rosana

    Répondre

    Merci pour l article, j adore…suis bresilienne on parts , avec une amie le mois de octobre..in se rejouis tellemnt j.ai pris note de choses essentiels…rsrsrsrs bisous


  4. Merci pour votre article, ça me rappelle plein de souvenirs. J’ai été à arambol, benaulim et palolem et j’ai adoré j’en ai pris plein les yeux !!!!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge