L'Islande est un pays cher pour voyager, mais profiter du spectacle de la nature, c'est gratuit! Ici, seule, face au glacier de Skaftafell

L’Islande est un pays fabuleux à découvrir. Mais revers de la médaille, c’est aussi un pays très cher et ce n’est pas évident d’y voyager sans dépenser trop d’argent. Les budgets moyens sont en général de 80 à 100 euros par jour et par personne. J’y suis allée à trois reprises: en août 2006, en novembre 2015 et de juillet à septembre 2016. Pour ma part, j’étais plutôt sur une moyenne de 50 euros par jour. On peut même dépenser beaucoup moins pour peu qu’on ait l’esprit aventurier et qu’on ne soit pas du tout regardant sur son confort… Issus de cette expérience, voilà une série de conseils pour voyager moins cher en Islande.

1/ Profiter des billets d’avion pas cher

C’est une des raisons qui explique le boom touristique en Islande ces dernières années: le marketing des compagnies islandaises Icelandair et Wow Air qui se livrent à une véritable guerre des prix sur le marché des vols transatlantiques. Résultat: les billets d’avion pour aller en Islande n’ont jamais été aussi peu chers. Ces deux compagnies proposent la formule du « stop-over », qui permet de faire une escale de plusieurs jours en Islande lors d’un vol transatlantique, sans surcoût pour le prix du billet. Cela permet de se faire un premier aperçu du pays. La troisième compagnie qui offre des prix vraiment intéressants, c’est Transavia, une filiale à bas prix du groupe Air-France KLM.
La meilleure méthode pour trouver un billet d’avion au meilleur prix, c’est d’abord de faire une simulation sur le comparateur de Google Matrix ita: on ne peut pas y acheter de billet, mais ça donne une idée sur les tarifs intéressants et les bonnes dates. Ensuite, on peut comparer avec ce qu’on trouve sur Skyscanner, dont j’aime beaucoup la fonction de recherche « sur le mois entier ». Hors promotions, les prix moyens pour un AR Paris-Reykjavik se situent entre 150 et 300 euros. Pour les promo, il faut plutôt viser un voyage en automne, d’octobre à décembre.

2/ Réserver à l’avance

Que ce soit pour le billet d’avion, la location de voiture ou la nuit d’hôtel, inutile d’espérer des prix cassés en dernière minute. Le succès touristique de l’Islande fait que tout est assez vite complet et les promotions last-minute quasiment inexistantes. Le seul cas de figure où j’ai trouvé des prix intéressants à la dernière minute, c’était au mois de novembre, qui est le creux de l’activité touristique en Islande. Si vous prévoyez un voyage en Islande, ça peut être un bon calcul de faire des réservations au cas où sur Booking, un site de réservation d’hôtels où la plupart du temps l’annulation est gratuite (à bien vérifier au cas par cas sur chaque réservation).

3/ Faire du camping

Camping de Skaftafell

Bien installée au camping de Skaftafell aux pieds du glacier

Pour un voyage en été, le camping c’est vraiment la seule solution pour ne pas se ruiner (prix moyen d’une chambre double l’été: 200 euros). En plus, ça présente le gros avantage de la flexibilité: il n’y a pas besoin de réserver et on trouve toujours de la place. Les tarifs sont en moyenne de 15 euros par nuit et par personne (il faut parfois payer un supplément pour prendre une douche). Par contre, pour faire du camping, il faut être bien équipé! Tente, duvet, tapis de sol, réchaud, popote… Si vous n’avez pas d’équipement, je recommande plutôt de louer du bon matériel que d’acheter du matériel premier prix car les conditions météo en Islande peuvent être difficiles. Il faut une tente qui soit bien résistante au vent et à la pluie et des duvets très chauds (température confort 0°C). Vous pouvez regarder ce que propose Iceland Camping Equipment (en plus c’est tenu par des Français). C’est intéressant niveau budget pour un court séjour.

Je sais qu’il existe aussi une camping card qui permet, pour un prix d’achat de 149 euros (prix 2017) d’avoir 28 nuits en camping pour une famille de deux adultes et quatre enfants. Le gros désavantage, c’est que les campings concernés sont un peu excentrés et plus difficiles d’accès. Cette carte peut donc être intéressante pour une famille nombreuse avec une voiture, mais sinon mieux vaut garder la liberté de choisir les campings où l’on veut dormir.

Astuce: pour la bonbonne de gaz qu’on ne peut pas transporter en avion, évitez de vous précipitez pour en acheter! Vous en trouverez très certainement lors de votre première étape en Islande, surtout s’il s’agit d’une auberge près de l’aéroport à Keflavik ou du camping de Reykjavik: les voyageurs y laissent leurs bonbonnes de gaz non terminées car, pareil, ils ne peuvent pas les remmener en avion. J’en ai trouvé plusieurs quasi-pleines et je n’ai jamais eu besoin d’en acheter.

4/Emmener son sac de couchage dans les auberges

Avec son sac de couchage on paye l'hôtel moins cher en Islande

Sleeping bag accomodation dans une ferme en Islande: Tunguholt guesthouse à Fáskrúðsfjörður

Si pour l’hébergement vous préférez les auberges, les refuges ou les petits hôtels familiaux, prévoyez quand même d’avoir un sac de couchage. Avec l’option « sleeping bag accommodation » vous économiserez environ 1.000 ISK (env 8 EUR) par nuit et par personne. Pareil pour la serviette de bain, mieux vaut en avoir une car dans les hôtels pas chers c’est en supplément.

Quid du couchsurfing?


Je préfère prévenir pour ceux qui ont l’habitude de faire du couchsurfing (un site d’hébergement gratuit sur internet) ça marche très mal en Islande, en tout cas pour ce qui concerne l’été. Il y a beaucoup trop de touristes par rapport au nombre d’habitants et le peu d’hôtes qui sont prêts à héberger des voyageurs se retrouvent submergés par un nombre considérable de demandes. Pour ma part, j’ai quand même réussi à en faire un peu, mais au prix d’un nombre considérable d’envoi de demandes (j’ai du écrire à quasiment tous les couchsurfeurs islandais…) et j’ai un bon profil couchsurfing avec beaucoup de références. C’est pour cela que je n’ai pas présenté le couchsurfing comme une astuce pour voyager moins cher en Islande mais dans cet encadré à part. Si toutefois vous avez pu faire du couchsurfing (et récemment, car l’afflux touristique des 3/4 dernières années a considérablement modifié la donne), n’hésitez pas à raconter votre expérience en commentaire.

5/ Faire de l’auto-stop

Auto-stop sur les routes d’Islande

C’est incontestablement la meilleure solution pour économiser sur les frais de transport. Le gros avantage de l’Islande, c’est que c’est un des pays les plus sûrs du monde. Moi qui d’habitude préfère ne pas faire d’auto-stop toute seule, là pour le coup je n’ai pas hésité et ça s’est toujours très bien passé. Le seul souci c’est qu’on peut se retrouver à faire du stop sous la pluie ou alors sur des routes où il y a peu de passage. Il y a aussi pas mal d’auto-stoppeurs sur les routes, donc des fois aux emplacements stratégiques, il faut « faire la queue » derrière les autres.

6/ Pour le bus prendre un forfait

Le forfait bus Circle Passport permet de faire le tour de l’Islande

Si vous ne voulez ni louer une voiture ni faire de l’auto-stop, il reste la solution des bus. Il faut étudier un peu à l’avance les itinéraires et les dessertes car ils marchent surtout en été. Il est plus intéressant en tout cas de prendre un forfait plutôt que des billets séparés. La plupart fonctionnent en mode « hop on hop off » c’est-à-dire qu’on peut monter et descendre quand on veut aux arrêts sans avoir besoin de réserver à l’avance. C’est bien pratique quand on veut rester flexible sur son voyage. Par deux fois j’ai utilisé le Full Circle Passport, qui permet de faire le tour de l’Islande à son rythme (env 300 euros, valable pendant deux mois).

7/Partir hors saison

La cascade de Gulfoss au mois de novembre: il fait un peu froid mais il n’y a aucun touriste!

En fait, partir hors saison peut en un sens permettre de voyager moins cher en Islande si vous souhaitez voyager de manière confortable, c’est-à-dire dormir à l’hôtel et louer une voiture, car les tarifs sont bien moins élevés en dehors de l’été. Pour revenir sur mon expérience, j’ai voyagé en Islande au mois de novembre et j’ai pu avoir une voiture de location à 30 euros par jour et un hôtel en plein centre de Reykjavik pour 50 euros la nuit. Sinon, sans aller jusqu’au mois de novembre où les jours sont très courts, viser mai/juin ou septembre peut être un bon compromis car la météo est acceptable et les gros flux de touristes ne sont pas encore ou plus là. Par contre, hors été, les solutions « petit budget » à savoir camping et auto-stop sont plus délicates… C’est difficile de dormir dans les campings car la plupart sont fermés et il faut être équipé contre le grand froid. Reste l’option de dormir dans sa voiture pour les plus courageux. Niveau transport, il y a également beaucoup moins de bus et faire du stop c’est aussi plus compliqué à cause des conditions météo.

8/Ne jamais prendre le taxi

S’il est un pays où il faut absolument éviter de prendre le taxi, c’est bien l’Islande! A Reykjavik, il y a tout un réseau de bus, et sinon mieux vaut privilégier la marche à pied, le vélo ou l’auto-stop. Pour les trajets de l’aéroport à Reykjavik, il y a les Flybus (env 20 euros) qui font le trajet 24h/24 ou quasiment. Leurs horaires sont adaptés à ceux des avions! Donc vraiment aucune raison de prendre un taxi! En plus, il faut savoir qu’il y a 50km environ entre l’aéroport de Keflavik et Reykjavik… Un ami arrivé tard et fatigué en a fait les frais: il a payé 135 euros pour le trajet!

9/ Faire ses courses chez Bonus

Le magasin discount Bonus où il faut faire ses courses

Pour ceux qui voyagent en Islande, l’enseigne au cochon rose devient presque un signe de ralliement! C’est l’emblème de Bonus, la chaîne de magasin discount du pays et c’est là qu’il faut faire ses courses. Pour ceux qui ont une voiture de location, il est judicieux d’y faire de bonnes provisions quand vous en croisez un. Sinon pour les courses, il y aussi les magasins Netto ou Kronan qui sont bon marché. Par contre, à éviter absolument: les enseignes vertes de la chaîne 10-11: c’est hors de prix!

10/ Profiter des étagères de « free food »

C’est l’avantage des campings et des auberges: il y a toujours des étagères de nourriture gratuite, laissée par des voyageurs qui ont voulu repartir plus léger. Là où c’est le plus fourni bien sûr, c’est au camping de Reykjavik, avec toutes les provisions laissées par ceux qui terminent leur voyage et ne veulent pas s’encombrer de paquets de pâtes ou de sauces tomates dans l’avion. Mais on en trouve ailleurs aussi. Pour ma part je n‘ai jamais eu besoin d’acheter de pâtes ou de riz, j’en ai toujours trouvé plein!

11/ Eviter les restaurants et faire la cuisine

Cuisine au camping avec des compagnons de voyage: mieux qu’au restaurant!

L’Islande n’est pas un pays réputé pour sa gastronomie, alors autant économiser sur ce poste et se faire à manger. Il y a quasiment toujours des cuisines dans les hôtels bon marché type auberges de jeunesse, refuge ou ferme… Et de même dans les campings. Il y a d’ailleurs très souvent des barbecues aussi!

Cuisine au camping avec le réchaud: un bon plat de pâtes!

12/ Chercher des compagnons de voyage pour partager les frais

L’idéal bien sûr, c’est de partir en Islande à 3 ou 4, ce qui permet de bien partager les frais d’une location de voiture. En tout cas, pour les voyageurs en solo qui cherchent un ou des compagnons d’aventure, c’est encore possible en arrivant en Islande, notamment au camping de Reykjavik. Il y a un tableau de petites annonces assez fourni pour ceux qui cherchent ou d’autres qui proposent des places dans leur voiture. Les rencontres sont faciles à faire en tout cas, tout comme dans les nombreuses auberges de la ville! C’est aussi une bonne idée de poster un message sur des groupes de voyageurs sur l’Islande sur Facebook ou bien de passer une annonce sur le site couchsurfing. Il y a aussi un site de covoiturage spécialisé sur l’Islande: samferda.net

13/ Se faire rembourser la TVA après son départ

C’est un bon moyen pour réduire la facture, notamment si vous achetez des souvenirs: se faire rembourser la TVA au moment de partir. Le taux standard est de 24% donc c’est intéressant. La condition principale est qu’il faut avoir dépensé au moins 6.000 ISK (soit 50 euros) dans un même magasin et le même jour. Donc si vous achetez des souvenirs, autant le faire en une seule fois. Il faut bien penser à demander le formulaire à remplir au magasin. Après, il faut le présenter à l’aéroport de Keflavik au moment du départ avec les objets concernés (prévoir un peu de temps si jamais il y a la queue au comptoir). Si vous prévoyez de dépenser moins de 6.000 ISK, les souvenirs sont moins chers à l’aéroport car les prix y sont déjà détaxés. Par contre, il faut que vous ayez assez de temps à l’aéroport pour faire du shopping…

14/ Profiter du spectacle de la nature: c’est gratuit!

Le lac Myvatn en Islande Les pics rocheux de la plage de Vik en Islande

En Islande, le plus beau spectacle, c’est celui de la nature, et c’est gratuit! Enfin pour l’instant, car l’idée de rendre payant l’accès aux parcs nationaux est de plus en plus débattue avec l’afflux de touristes qui menace par ailleurs le fragile équilibre écologique du pays. D’une manière générale, la tendance est d’ailleurs vers la hausse des prix et la mise en place de prix d’entrée pour des lieux qui étaient jusqu’à présent gratuits, comme par exemple l’emblématique Harpa, un des plus beaux monuments de Reykjavik dont l’entrée est dorénavant payante.


Si vous avez voyagé en Islande et que vous avez d’autres astuces ou conseils pour économiser là-bas, n’hésitez pas à les partager en commentaire. Si vous préférez passer par une agence pour organiser votre voyage, je vous recommande de regarder les offres de Guide to Iceland ou Evaneos. Pour un voyage confortable en mode hôtel et location de voiture, cela revient en général moins cher de prendre une offre tout compris avec une agence de voyage.


Pour épingler sur Pinterest ⇒

L'Islande est un des pays les plus chers du monde... Alors voilà quelques conseils pour dépenser moins d'argent et voyager moins cher!

A lire aussi pour préparer un voyage en Islande:

Cet article contient des liens affiliés, ce qui signifie que si vous les utilisez pour réserver votre voyage en Islande, je touche une petite commission ce qui me permet de faire vivre ce blog de voyage. Ce sont des agences, services et produits que j’utilise dans mes voyages.

 

 




Un week-end à travers l’Estérel et la Côte d’Azur
Réussir ses photos de voyage avec son smartphone grâce à Pixter

15 commentaires pour “14 conseils et astuces pour voyager moins cher en Islande”

  1. Lionel

    Répondre

    Bonjour,
    Nous étions en Islande en aout 2016. L’option tente sur le toit du 4×4 nous a fait faire aussi de belles économies et c’est pratique et confortable.




  2. bérengère

    Répondre

    Bonjour, qu’en était-il de l’état des routes en novembre? Je lis un peu tout sur internet: jouable ou à éviter absolument 🙂 Nous aimerions partir fin octobre et louer un 4X4 (mieux qu’une citadine probablement)


    • Sarah

      Répondre

      ben justement, l’état des routes en novembre peut être très variable en fonction de la météo. Moi quand j’y suis allée, c’était nickel et il a fait très beau, donc pas de souci avec une voiture normale, mais la semaine d’après, c’était tempête de neige… C’est impossible de prévoir la météo 😉 D’un autre côté, les citadines qu’ils ont en Islande sont équipées de pneus neige et ce sont plutôt des modèles robustes en général.
      Allez lire cet article: https://www.prenezplace.org/4×4-islande-hiver/ Il est intéressant et justement ils disent que ce n’est pas la peine de prendre un 4×4 car les voitures islandaises sont bien équipées pour le climat.



    • Sarah

      Répondre

      Oui c’est vrai, cela fait deux trois étés que l’Islande est un « la destination de l’été »… Après c’est vrai que si on veut profiter de conditions météo pas trop mauvaises, on n’a pas beaucoup le choix. Sinon allez-y en septembre ou juin prochain!


  3. Les meilleurs conseils sont bien là ! Je te confirme qu’en hiver, en étant en mode manouche, on peut descendre à moins cher encore, puisque mon voyage m’était revenu à moins de 900 euros les trois semaines, vol, location de voiture…
    Laurent Articles récents..Première nave de nuit en solitaireMy Profile


    • Sarah

      Répondre

      900 euros pour trois semaines, c’est vrai que c’est pas mal! Dis nous en plus comment tu as fait? Tu as dormi dans ta voiture il me semble? Le temps n’était pas trop froid? J’ai aussi eu des questions sur l’état des routes au mois de novembre avec des lecteurs qui se demandent si ça vaut le coup de prendre un 4×4 ou si une voiture normale ça suffit. Tu en penses quoi?


  4. mélanie P

    Répondre

    bonjour Sarah, nous partons en septembre en islande 15 jours et avons réussi à trouver un vol raisonnable (400e pour deux aller retour avec bagage en soute) car horaire de nuit. et nous avons loué un van équipé sur Campanda pour économiser les hôtels et les restaurants. le tout reste cher tout de même mais bien moins que tout ce que j’ai pu trouver sur d’autres sites pour les mêmes dates.


  5. L’Islande est un pays fabuleux à découvrir en effet … et les choses à découvrir là-bas sont relatifs au budget de chacun aussi. Sinon, les partages d’expérience et conseils comme cet article sont très utiles pour ceux qui ont un budget assez restreint mais qui tiennent quand même à faire le voyage. Merci pour les photos en passant.


  6. Hemrique

    Répondre

    Réserver au jour le jour son hébergement en octobre, c’est possible? Et en novembre?
    Hormis le forfait bus pour un tour de l’île dans un sens, à combien revient en moyenne les trajets de bus entre chaque étape ? 25 € ? 80 € ? C’est juste pour avoir une idée !
    Début novembre, c’est encore acceptable pour randonner et se baigner dans les torrents chauds ?


    • Sarah

      Répondre

      pour l’hébergement, oui je pense que c’est possible car octobre et novembre c’est la basse saison. par contre, désolée pour les bus, comme à chaque fois j’ai pris un forfait, je ne connais pas les tarifs des trajets, mais vous devirez pouvoir trouver ça sur le site de la compagnie de bus https://www.re.is/iceland-on-your-own/ Début novembre, on peut faire des rando, mais pas dans les highlands à l’intérieur du pays car les routes ne sont pas accessibles à cause de la neige. Je pense qu’il fait un peu froid pour aller dans les torrents chauds… Mieux vaut aller dans les lagons organisés comme le Blue Lagoon, Laugavartn Fontana ou celui de Myvatn.



Trackbacks/Pingbacks

  1.  Tous mes conseils pour un voyage en Islande

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge