Dans les tribunes du stade de Natal pour le match Etats-Unis Ghana

Dans les tribunes du stade de Natal pour le match Etats-Unis Ghana

Cherche un ticket gratuit en échange d’un sourire… Quel meilleur défi que la Coupe du Monde au Brésil pour tester une nouvelle fois le concept de ma pancarte du « Free tickets World Tour« ? C’est toujours compliqué et cher de se procurer des billets pour assister à un tel événement. Et pourtant, une fois sur place, il y a toujours des supporters qui ont des billets en trop car ils ont des amis qui n’ont pas pu venir. Et surtout quantité d’officiels et invités VIP qui ont des tickets en plus et n’ont pas le droit de les revendre.

Avec nos pancartes et nos billets devant le stade de Natal

Avec nos pancartes et nos billets devant le stade de Natal

Notre premier défi avec Emily s’est porté sur le match Etats-Unis Ghana à Natal. Histoire de commencer en douceur avec une affiche modeste. « French girl gives a smile for a free ticket »… ou en mode variante « Looking for a free ticket to support your team »… Coupe du Monde oblige, nous voilà prêtes à « offrir nos services » pour donner de la voix en tribunes pour supporter les équipes du Mondial!

Le résultat en vidéo ici-même avec le 5ème épisode de notre web-série « Mondial Inside »… Pour vous faire vivre la Coupe du Monde comme si vous y étiez!!





Article suivant

Top 10 à visiter à Manaus, de l'Opéra à la jungle d'Amazonie

Article précédent

Mondial Inside Episode 4: l'Ouverture du Mondial au Brésil

18 commentaires pour “Mondial Inside Episode 5: un ticket gratuit pour la Coupe du Monde”


  1. Lucie Rose

    Répondre

    C’est génial !! Qu’est ce que j’ai rigolé sur le moment du bisous. Vous êtes géniales je vous soutiens à fond, profitez bien
    Lucie Rose Articles récents..Découverte : ElliphantMy Profile



  2. Hello Sarah !

    Trop génial votre plan !!! j’adore!!! et ça marche !! biensûr que ça marche !!! il fallait l’idée comme souvent !!! enjoy !!!! 🙂

    Pour ma part, je viens de rentrer de Sardaigne avec une amie où j’ai rencontré des gens super sympas et qui nous ont emmené pour une journée en bateau gratuite et on a même réussi à aller sur l’ile de Cavallo (Corse) le temps d’une soirée !! Comme quoi il faut oser !

    Oser tout le temps et avec le sourire, en général, ça marche à 99 % !

    Bonne suite d’aventure les Filles !
    A+
    Séverine
    Passion Voyageuse
    Severine Articles récents..BALI : UN HOTEL-BOUTIQUE-ECO A DECOUVRIR !My Profile


  3. Alexis

    Répondre

    Salut Sarah! Alors voilà je me dois d’écrire ici pour te dire merci! En m’inspirant (je dirai même copiant) ton idée d’un sourire contre un ticket j’ai pu réaliser un rêve qui était de voir la France au Maracaña. C’est donc aussi grâce (voir surtout) à toi. Et pour ça merci!
    Ici le lien de l’article dans « Globo » qui raconte l’histoire (en portugais).
    http://m.globoesporte.globo.com/futebol/selecoes/franca/noticia/2014/06/casal-de-namorados-troca-sorrisos-por-ingressos-e-ve-franca-no-maracana.html

    Alexis


    • Sarah

      Répondre

      hey génial!! trop cool! et merci de montrer que ça marche aussi pour les mecs! Du coup nous on a vu le 8e de finale à Brasilia France Nigéria, et notre prochain objectif, c’est le 1/4 à Rio! On aura sûrement l’occasion de s’y croiser!!



  4. Alors les filles, vous avez eu des billets pour la finale ? En tout cas, ça fait plaisir de voir la gentillesse des gens 😉
    Au plaisir de lire la suite de vos aventures.


    • Sarah

      Répondre

      et non, pour la finale ça n’a pas marché… par contre on a quand même vu le 8e de finale France Nigeria à Brasilia et le 1/4 France Allemagne à Rio au Maracana! Donc quand même un bon bilan de « billets gratuits » pour ce MOndial! Happée par la folie du Mondial j’ai pris du retard pour raconter tout ça sur le blog! Là je viens de rentrer en France et je vais essayer de rattraper tout ça!!


      • Merci de m’avoir répondu 😉
        C’est quand même super chouette que vous ayez pu assister à ces matchs ! Plus j’y pense, plus j’ai envie de tenter l’expérience moi aussi… A suivre !


      • Je trouve assez scandaleux d’assister à un match du mondial sans rien payer, à l’œil, quand d’autres ont malheureusement payer chers l’entrée, surtout quand eux aiment véritablement le football, comme c’est mon cas. Seule question à se poser : contre un sourire de ma part, m’auriez-vous donné ensuite le billet que vous aviez gracieusement gagné peu de temps avant ?…
        Vous qui êtes française et « journaliste », si vous étiez dans les tribunes du Maracana lors de France-Allemagne, vous auriez dû relater l’évènement qui s’est produit avec la police militaire en première mi-temps au sein de la torcida française (sous mes yeux). Mais ça pour le coup, c’est du véritable journalisme…


        • Sarah

          Répondre

          Pour ma part je ne vois rien de scandaleux dans le fait d’assister à un match sans payer… Je n’oblige personne à me donner des billets gratuits, et ceux qui le font, le font avec plaisir. Il y a des gens qui préfèrent faire cadeau de leurs billets en trop plutôt que d’essayer de les revendre devant le stade (ce qui est interdit d’ailleurs, et il y a pas mal de pays où la police surveille çà de près…). Il y a aussi beaucoup de gens qui ont des invitations en trop, qui n’ont pas le droit de les revendre également, et qui faute de trouver des gens à qui les donner, rentrent avec des billets non utilisés. C’est ça que je trouve plutôt scandaleux d’ailleurs: quand je vois tous les sièges vides dans les tribunes VIP ou autres, alors qu’il y a tellement de gens qui auraient bien voulu pouvoir y assister… Pour ce qui concerne ce match Etats-Unis Ghana, nous avions d’ailleurs trouvé 4 billets (un représentant de la Fifa nous en a donné deux, mais il ne souhaitait pas être filmé…) et nous en avons offert deux à deux brésiliennes…
          Pour ce qui est de l’incident dont vous parlez, j’étais effectivement au Maracana lors de France-Allemagne, mais en tant que spectatrice encore une fois, et pas journaliste! Vous qui avez l’air d’avoir l’habitude d’assister à des matchs de foot, vous devez bien savoir qu’un stade est immense et qu’on ne voit pas ce qui se passe dans les autres tribunes. Et encore une fois, je n’étais pas dans ce stade en tant que journaliste pour couvrir l’événement!


          • Eric

            Dans ce précédent message, je me suis tout d’abord fait l’écho de la réaction logique de la plupart des spectateurs qui ont assisté à l’un de ces matchs. J’imagine que cela ne doit pas vous faire plaisir d’être critiquée ainsi (et tranche au milieu de tous ces messages de soutien), mais il était bien normal de faire entendre aussi ce « son de cloche ».
            Il n’est d’ordinaire pas interdit de revendre ses billets, tant que cela est fait au même prix initial d’achat… Pour ce Mondial, les places étant nominatives, les consignes officielles voulaient que l’on ne puisse revendre sa place à personne sans passer auparavant par la plateforme de la fifa. Pourtant, comme vous l’avez perçu à l’entrée des stades, aucun contrôle des identités des spectateurs n’était malheureusement appliqué… Et le marché noir des « cambistas » a fonctionné comme jamais au Brésil (y compris au sein de la fifa, comme vous avez dû l’entendre, j’espère)…
            Et quant à la dernière partie de votre réponse, je la trouve absolument terrifiante ! Vous écrivez que vous êtes allée au Maracana en tant que spectatrice, et pas journaliste !?! Lorsque l’on est journaliste, encore une fois, on l’est à chaque instant, ce n’est pas un uniforme que l’on revêt lorsqu’on le doit ou quand on en a envie !! Lorsqu’un policier hors service (et sans uniforme justement) voit un délit, cela ne l’empêchera jamais d’agir (sinon c’est un mauvais policier).

            Vous aviez le droit, en tant que « journaliste » et spectatrice, de ne pas être située près des lieux de l’incident, mais là où je vous blâme, c’est que différents témoins de la scène (dont moi et l’un de mes voisins) ont contacté des médias, locaux et aussi français pour témoigner de l’évènement. Et beaucoup d’arrangements avec la vérité des faits ont été rapportés ensuite. En tant que « journaliste » dans l’âme, vous aviez le devoir de vous renseigner, et d’en parler. Dans la position qui est la vôtre, si je ne l’avais pas fait, je me le serai reproché.
            Que l’on couvre ou non l’évènement n’a pas d’importance, pensez que des non-journalistes ont fait ici le travail à votre place, c’est là où je trouve cela assez accablant. Car c’était justement une occasion idéale d’exprimer votre statut de journaliste.


          • Sarah

            Ce qui est assez surréaliste tout de même, c’est que vous me « blamez » pour ne pas avoir rapporté un événement dont je n’ai pas été témoin et dont je n’ai jamais eu connaissance… Et pire encore, vous me reprochez la réaction des autres médias qui à votre sens n’ont pas rapporté les faits de manière objective. C’est assez énervant quand on est journaliste de se voir continuellement reprocher des faits commis par d’autres journalistes. Si j’insiste bien sur le fait que j’étais à ce match en tant que spectatrice et pas en tant que journaliste, c’est parce que si j’y avais été en tant que journaliste, j’aurais demandé s’il avait eu des incidents pendant le match et l’ont m’aurait répondu (ou pas…). Alors que si j’y vais en tant que spectatrice, je ne vais pas m’amuser à faire la tournée téléphonique des différents services du stades pour savoir s’il y a eu des incidents pendant le match…


          • Eric

            Vous avez apparemment bien mal lu ce que je vous ai écrit. Je ne vous ai JAMAIS reproché la réaction des autres médias ! Je vous ai écrit que c’était une occasion pour vous de rectifier la « vérité » citée par d’autres sources (cf. : « En tant que « journaliste »…, vous aviez le devoir de vous renseigner, et d’en parler. »).
            Mais absolument, oui, en tant que journaliste (qui est une vocation, donc à nouveau pas quelque chose que l’on peut laisser au vestiaire quand cela arrange), je vous blâme pour ne pas vous être renseigné sur cet incident qui a fait du bruit – au sens propre – pendant le match (de nombreux sifflets du public se sont fait entendre pendant plusieurs minutes, difficile donc de passer à côté !), et pour ne pas avoir témoigné après coup de ce qui s’est produit. Pensez que n’importe quel journaliste digne de ce nom un tant soit peu exigeant vis-à-vis de lui-même s’en serait fait le reproche… Pensez aussi que l’information est arrivée directement auprès de bon nombre de personnes, sans même qu’elles aient fait l’effort de se renseigner par elles-mêmes. Donc…
            Et je vous en prie, cessez d’écrire que vous y étiez en tant que spectatrice et non journaliste, on est journaliste tout le temps ou bien jamais !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge