retraite-meditation-centre-inde

Cet article est le troisième volet du récit de la retraite de méditation de dix jours que 
j'ai réalisée en Inde. Pour lire le début: méditation en Inde.

Aujourd’hui, le quatrième jour de la retraite, nous sommes enfin rentrés dans le coeur du sujet: la méditation Vipassana. Les trois premiers jours n’étaient qu’une préparation pour renforcer et affûter l’esprit. La méditation Vipassana consiste en fait à observer ses sensations dans l’ensemble de son corps, en effectuant une sorte de balayage du haut du crâne jusqu’au bout des pieds. Assis en tailleur et yeux fermés, il faut passer en revue chaque partie du corps, centimètre carré par centimètre carré, comme pourrait le faire un scanner, et observer toutes les sensations qui émergent sans réagir, qu’elles soient agréables ou désagréables. Cette neutralité, ce détachement vis à vis des sensations observées, c’est ce qu’on appelle l’équanimité, un mot très peu employé en français, mais un concept très important dans le bouddhisme. J’y reviendrai plus tard. C’est une notion qu’on comprend mieux au fur et à mesure de la retraite de méditation.

A partir de ce moment-là, j’ai l’impression de découvrir une nouvelle dimension de la vie. La méditation prend la forme d’un véritable voyage intérieur, où telle une exploratrice, je pars à la découverte des sensations dans chaque partie de mon corps. C’est vraiment différent de ce qu’on peut ressentir en faisant du sport, l’amour ou toute autre activité physique puisqu’on reste immobile et qu’on ne fait rien. En apparence du moins, parce que même immobile, notre corps est en fait très actif et il s’y passe plein de choses, que ce soit la respiration, les battements du coeur, la digestion, la circulation du sang… Une véritable usine à laquelle on prête souvent si peu attention. A force de travail et d’entrainement, c’est un nouvel univers qu’on découvre.

Pour autant, les onze heures de méditation quotidienne continuent de me sembler interminables. C’est difficile de rester concentré sur l’observation de ses sensations pendant tout ce temps. Les trois premiers jours mon esprit était assailli de pensées sur mon avenir. Maintenant c’est sur mon passé que je réfléchis. Pour tromper l’ennui, je refais dans ma tête tout le film de ma vie depuis ma petite enfance jusqu’à aujourd’hui. Je passe tous mes souvenirs en revue: mes années d’école, ma famille, mes amis, mes études, mes différents boulots, ma vie sentimentale, mes voyages… Je fais un bilan sur ce que j’ai aimé, pas aimé, réussi, pas réussi, mes qualités, mes défauts… J’ai conscience de ne pas tout à fait respecter les règles de la retraite, puisque quand je réfléchis je ne médite pas, mais j’ai trop besoin d’occuper mon esprit. Méditer près de 11 heures par jour c’est au-dessus de mes capacités. Réfléchir, c’est finalement la seule liberté, la seule entorse au règlement, que je peux m’accorder discrètement, puisque je n’ai le droit ni de parler, ni d’écrire, ni de lire, ni de faire du sport, ni rien du tout à vrai dire… Réfléchir devient mon seul loisir.

meditation-vipassana-cellule

Une nouveauté dans le planning: à certains moments de la journée on peut choisir d’aller méditer seule dans une cellule, plutôt que de rester dans la salle commune. Des cellules de 2m2, avec une ouverture en haut qui laisse passer un peu de lumière. Au début, je prends ça comme une libération! Personne pour nous surveiller si on suit la bonne position. Je peux m’asseoir en tailleur en m’adossant contre le mur pour soulager mon dos; j’en profite même pour dormir, allongée recroquevillée sur deux coussins que j’ai récupérés dans une remise. Mais au fil des jours j’ai de moins en moins envie de dormir. J’étais fatiguée au début mais plus maintenant. Je commence à déprimer assise toute seule dans ma cellule. J’imagine ce qu’ont pu ressentir prisonniers ou otages détenus dans un si petit espace. En fait, je réalise que je me plains pour pas grand-chose. Ma sécurité n’est pas menacée, je suis nourrie à ma faim, et je sais que tout ceci se termine bientôt. Je n’ose imaginer ce qu’ont du endurer ceux qui ont vécu ça pendant des années.

Finalement je préfère méditer dans la salle commune. La présence du groupe me donne plus de motivation. Les consignes de méditation sont toujours les mêmes: observer ses sensations de la tête aux pieds, tout en restant le plus impassible possible, que ces sensations soient agréables ou désagréables. Je dois dire que c’est plutôt le « désagréable » qui domine, avec les douleurs qui persistent dans les genoux, les jambes, le dos, à force de rester assise toute la journée. D’autant plus que le cinquième jour, une nouvelle règle vient corser l’exercice encore un peu plus. Il faut maintenant être capable de rester une heure assis en tailleur sans bouger et sans ouvrir les yeux. C’est long une heure sans pouvoir bouger. Cela s’appelle « sitting with strong determination »: s’asseoir avec une forte détermination. Un exercice destiné également à renforcer son esprit. Au début c’est difficile. Au bout d’un quart d’heure j’ai la circulation qui se coupe dans les pieds, je suis obligée d’étendre les jambes. Puis j’arrive à tenir une demi-heure, puis trois-quarts-d’heure. C’est une bande audio qui nous informe qu’une heure est passée et qu’on peut enfin se lever. Nous devons méditer sans ouvrir les yeux, alors impossible de regarder l’heure. Au fur et à mesure, je développe la conscience du temps qui passe tout en gardant les yeux fermés. A quelques minutes près, je sais qu’on en est à 15 minutes, 30 minutes, 45 minutes…

meditation-assise-retraite-vipassana

La première fois que j’arrive à méditer une heure assise en tailleur sans bouger est une formidable victoire. C’est le septième jour de la retraite en fin d’après-midi. Il s’est passé quelque-chose de spécial sur cette séance. Pour la première fois, j’ai ressenti ce qu’on appelle le « free flow ». C’est une sensation qu’on peut avoir quand on a un peu de pratique en méditation. On sent comme un flux d’énergie qui parcourt tout le corps. On peut d’ailleurs en prendre le contrôle et le diriger, comme une boule d’énergie avec laquelle on peut jouer. C’est ce dont je fais l’expérience: une sensation incroyable. J’ai l’impression que mon corps est comme une salle de squash. La boule d’énergie fuse à travers mes jambes, rebondis dans mon ventre, ma poitrine, mes bras, atterris dans mes mains, reviens dans mes pieds, dans mon dos, dans ma tête… Je joue au ping-pong entre mes deux oreilles. Lorsque le gong sonne la fin de la méditation, j’ai du mal à quitter cette parenthèse d’ivresse et d’exaltation.

J’ai malgré tout l’impression d’avoir été trop loin. Un des principes de base de la méditation Vipassana est de garder une posture d’équanimité, c’est-à-dire de neutralité, par rapport aux sensations observées, que celles-ci soient agréables ou désagréables. Or là clairement, j’y ai pris du plaisir. Ai-je commis une erreur? La règle du « noble silence » et d’interdiction de parler comporte une exception: on a le droit de poser des questions à la professeure lorsqu’on a des doutes sur la pratique de la méditation. C’est donc ce que je fais après cette séance. Elle me confirme mon erreur. Il faut faire attention avec les sensations ressenties lors du « free flow » et ne surtout pas jouer avec comme je l’ai fait, m’explique-t-elle. Le problème du plaisir, c’est qu’il entraine le désir: on veut ressentir à nouveau ces sensations agréables, et si ce désir n’est pas satisfait, on ressent de la frustration. La frustration entraîne à son tour insatisfaction et malheur… Plaisir et malheur sont en fait les deux faces de la même médaille. Faut-il donc renoncer au désir et au plaisir pour être heureux? Cette retraite de méditation soulève beaucoup de questions philosophiques et métaphysiques dans ma tête… Les trois jours qui restent permettront-ils d’y répondre? A suivre: retraite de méditation, libération et bilan

&nbsp
Si vous souhaitez en savoir plus sur la méditation Vipassana, je vous conseille la lecture de ce livre: L’art de vivre: Méditation Vipassana enseignée par S.N. Goenka, par William Hart (7,80 €).

livre-meditation-vipassana
achat-livre-2

&nbsp

&nbsp

Traverser la Russie en transsibérien en film: Moscou-Trans-Baïkal
10 bonnes raisons d’aller à Manchester

5 commentaires pour “Retraite de méditation en Inde – Le voyage intérieur”

  1. Vous êtes forte, Sarah! Est-ce que tous les autres étudiants sont restés là aussi, ou est-ce que la moitié, ils sont partis chez eux le deuxième jour? Toutes les règles, les souffrances… Le “flux d`énergie“ semble fabuleux, mais il ne faut pas l`apprécier!

    Je vais essayer le “sitting with strong determination“ (pour dix minutes) – pour une faible, ça suffira… Mais j`ai hâte d`apprendre les résultats de votre séjour!
    dolores doolittle Articles récents..Grow your own MicrobesMy Profile



  2. Thomas Joel

    Répondre

    Salut,
    Merci d’avoir partagé votre parcours. J’ai pu faire un voyage virtuel à travers les images.


  3. Christiane

    Répondre

    Vu les images c’était un parcours les plus intéressants et la méditation est bon moyen pour aiguisé l’esprit.


Trackbacks/Pingbacks

  1.  Retraite de méditation vipassana - Jusqu'au bout de l'ennui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge