La découverte de Bâle a été une véritable surprise pour moi. Située sur les bords du Rhin au carrefour des trois frontières Suisse, France et Allemagne, c’est un vrai bijou. La troisième ville de Suisse, derrière Zurich et Genève, n’est pourtant pas très connue sur le plan touristique, ce qui est très surprenant. Il est vrai que quand on pense à un voyage en Suisse, on imagine d’abord ses montagnes et ses paysages naturels plutôt que ses villes. Pourtant Bâle mérite vraiment le détour! Elle a le charme d’un village tout en ayant les atouts culturels d’une grande métropole, avec en plus le cadre naturel splendide des bords du Rhin dans lequel on peut même se baigner! C’est vraiment une destination idéale à découvrir sur un week-end, ou plus si vous avez le temps, tellement il y a de choses à y voir… Voilà en tout cas cinq bonnes raisons de visiter Bâle.

1/ La capitale culturelle de la Suisse

La Fondation Beyeler, un des plus beaux musées de Bâle

La Fondation Beyeler à Bâle, réalisée par Renzo Piano

Avec un total de 40 musées, Bâle comporte la plus forte densité de musées en Suisse. Tous les ans, à la mi-juin elle devient d’ailleurs la capitale mondiale de l’Art contemporain avec la tenue d’Art Basel, le plus grand salon d’Art moderne et contemporain du monde.

Un des musées les plus réputés, c’est la Fondation Beyeler, qui présente une collection de 200 œuvres d’Art parmi lesquelles Monet, Cézanne, Picasso, Warhol… Le bâtiment a été conçu par l’architecte italien Renzo Piano et présente une belle harmonie entre Art, architecture et nature avec le jardin et les champs environnants.

Jusqu’au 1er octobre 2017, l’exposition temporaire est consacrée au photographe Wolfgang Tillmans. Ensuite, ce sera le peintre abstrait Paul Klee jusqu’au 21 janvier 2018. Prix et infos pratiques.

Le plus: déjeuner au restaurant qui se situe dans le parc de la Fondation, le restaurant Berower Park. Quand il fait beau, on peut manger dans le jardin avec vue sur les sculptures d’Alexandre Calder et d’Ellsworth Kelly. Cuisine raffinée avec des produits de saison (environ 30 CHF pour déjeuner).

Déjeuner avec vue sur un Calder à la Fondation Beyeler

L’autre musée que j’ai beaucoup aimé, c’est celui consacré à Jean Tinguely, l’un des artistes suisses les plus originaux du XXème siècle avec ses sculptures mécaniques mobiles. On le connaît bien à Paris car c’est lui qui a réalisé la fontaine Stravinsky près de Beaubourg, en collaboration avec sa femme, Niki de Saint Phalle. Comme la Fondation Beyeler, le musée Tinguely a lui aussi été réalisé par une pointure de l’architecture mondiale, le suisse Mario Botta. Là encore, il s’intègre très bien avec le jardin environnant, où l’on peut voir des sculptures comme celle de Niki de Saint Phalle.

Le musée Jean Tinguely à Bâle avec au 1er plan une statue de Niki de Saint Phalle

La pièce la plus impressionnante du musée Tinguely c’est l’oeuvre « Utopia », de son vrai nom « Grosse Méta-Maxi-Maxi-Utopia ». Avec 140 m2 de surface au sol, c’est une sculpture-machine de plus de 4 mètres de hauteur sur laquelle on peut monter grâce à des escaliers et des passerelles mécaniques. Il y a tout un incroyable système de roues en bois et de pièces de métal qui se mettent en mouvement quand on actionne le mécanisme. Une super visite pour les enfants, comme pour les grands d’ailleurs…

Les sculptures de Jean Tinguely

En complément de la visite du musée, ou alors si vous n’avez pas le temps d’y aller, il faut au moins aller voir la fontaine Tinguely, tout près de la vieille ville.

L’idée un peu folle: on peut rentrer du musée Tinguely à la nage, en plongeant dans le Rhin… Mais ça j’en parle plus loin!

2/ Une vieille ville pleine de charme

Une charmante ruelle du centre-ville de Bâle

Bâle n’est pas non plus une ville où il faut passer tout son temps dans les musées, car son centre historique est super mignon avec des ruelles et des maisons traditionnelles pleines de charme. On se croirait presque dans un village, avec la plupart des rues qui sont piétonnes, les nombreuses fontaines et les façades à colombages.

Les deux édifices historiques à ne pas manquer sont tout d’abord l’hôtel de ville, très surprenant avec sa façade rouge éclatante et ses peintures murales.

L’hôtel de ville de Bâle avec sa façade rouge

L’autre, c’est la Cathédrale, avec un mélange de style roman et gothique, construite entre le XIIe et le XVe siècle. A l’intérieur, on peut d’ailleurs voir des sculptures modernes réalisées par l’artiste Tony Cragg, qui s’intègrent très bien avec l’architecture religieuse des lieux. Il faut aller aussi sur la terrasse d’où on a une très belle vue sur le Rhin.

3/ Un laboratoire pour l’architecture moderne

Messe Basel, réalisé par le duo d’architectes bâlois Herzog & de Meuron

Au-delà de la richesse de l’architecture historique, Bâle est un vrai laboratoire pour l’architecture moderne. Les architectes de renommée mondiale comme Frank Gehry, Mario Botta, Richard Meier ou Renzo Piano y ont réalisé de superbes bâtiments. Sans oublier le duo d’architecte bâlois Herzog et de Meuron connus dans le monde entier pour avoir construit le stade Olympique de Pékin et la Tate Modern de Londres. Ce sont eux qui ont réalisé un des lieux emblématiques de Bâle: Messe Basel, là où a lieu tous les ans le salon Art Basel.

La plus haute tour de Suisse: la tour Roche à Bâle

Herzog & de Meuron se sont également illustrés à Bâle avec la réalisation de la Tour Roche, qui avec 178m de haut est la plus haute tour de Suisse. Au détour de mes pérégrinations en ville, j’ai aussi beaucoup aimé la rénovation de l’ancienne brasserie Warteck avec un escalier très design réalisé par Fabian Nichele et Stefan Eisele. Aujourd’hui c’est un lieu qui accueille des projets culturels et des événements.

La promenade artistique Rehberger-weg qui conduit de Beyeler à Vitra

Sinon, l’endroit absolument incontournable à visiter pour les amateurs d’architecture, c’est le Vitra Campus. Il est d’ailleurs situé juste à côté de Bâle, côté Allemagne dans la ville de Weil am Rhein, mais c’est facilement accessible en tramway, ou alors à pied ou à vélo depuis la Fondation Beyeler en empruntant la balade Rehberger-Weg. Longue de 6 kilomètres, cette promenade est jalonnée de 24 œuvres d’Art réalisées par l’artiste Tobias Rehberger. Mieux vaut se procurer la carte détaillée à l’office du tourisme pour s’orienter sur le parcours.

Le Vitra Design Museum réalisé par l’architecte Frank Gehry

Vitra est un fabricant de meubles qui a consacré son site de production à un ensemble dédié à l’architecture et au design. Les deux immeubles les plus impressionnants sont le Vitra Design Museum, réalisé par l’américain Frank Gehry, et la Vitra Haus, encore une réalisation de Herzog & de Meuron. Le Vitra design Museum accueille des expositions temporaires et la Vitra Haus est en fait le magasin phare de Vitra, mais il se visite comme un superbe lieu d’inspiration pour l’aménagement intérieur. En marchant jusqu’à l’extrémité du campus, on peut également visiter le Vitra Schaudepot qui regroupe une des plus importantes collections dans le domaine du design mobilier. Par contre, seule une petite partie de la collection est exposée.

La Vitra Haus à Bâle, un incontournable de l'architecture Super idées de décoration à la Vitra Haus à Bâle

Le plus: pour s’amuser entre deux visites, on peut faire une descente en toboggan sur la tour de Carsten Höller (non non ce n’est pas que pour les enfants…). En plus, de là-haut, on a une super vue!

4/ Le Rhin et les baignades dans le fleuve

Plein de baigneurs dans le Rhin en une belle journée du mois d’août

Alors ça, c’est ce qui m’a le plus surpris à Bâle! On peut se baigner dans le Rhin! Je n’ai jamais vu ça dans aucune grande ville en Europe… Il faut dire que Bâle n’est pas très loin des sources du Rhin et donc la qualité de l’eau est suffisamment bonne pour pouvoir s’y baigner. Les Bâlois ne s’en privent pas, et certains se baignent toute l’année, même si l’été est tout de même la période la plus propice. Tous les ans vers la mi-août, une grande baignade est organisée, la « Rheinschwimmen« , avec des milliers de baigneurs qui y participent. Mais les jours de beau temps il y a toujours pas mal de baigneurs. J’ai pu en faire l’expérience, et j’ai vraiment adoré!

Sortie du Rhin après une demi-heure de nage avec mes affaires dans mon sac étanche

Avant de se mettre à l’eau, il faut mettre ses affaires dans un sac étanche, car avec le courant, on parcoure vite de la distance, et on ne peut donc pas revenir à la nage au même endroit où on s’est jeté à l’eau. Par contre, je précise qu’il faut tout de même être bon nageur, car il y a pas mal de courant et il faut être capable de se diriger, d’éviter les piliers des ponts, les bateaux amarrés le long du quai et autres obstacles. Mieux vaut aussi éviter de nager seul. Pour ma part j’ai eu la chance de pouvoir le faire avec un couple de Bâlois. C’est donc vraiment une expérience que je recommande, à partir du moment où vous respectez ces trois conditions: 1/être suffisamment bon nageur; 2/nager avec d’autres personnes; 3/être équipé d’un sac étanche qui permet non seulement de mettre ses affaires, mais qui aussi flotte comme une bouée et rend les nageurs plus visibles dans l’eau. Un bon point de départ peut être, comme je l’évoquais précédemment le quai juste en face du musée Tinguely. De là-bas, on peut facilement rejoindre le centre-ville en sortant de l’eau vers le Mittlere Brücke, ou bien si on est bien en forme et que l’eau n’est pas trop froide, aller jusqu’au Dreirosen Brücke. A lire: les conseils de sécurité pour nager dans le Rhin.

A savoir: on peut acheter un sac étanche (Wickelfisch) à l’office du tourisme à Bâle pour 30 CHF. Sinon, c’est aussi possible d’acheter en ligne un sac étanche classique qui fera très bien l’affaire. Pour être sûre que mon matériel électronique reste vraiment au sec (appareil photo reflex et iphone) j’ai d’ailleurs utilisé un petit sac étanche dans le gros sac étanche…

Baigneurs en maillot de bain et buvettes sur les bords du Rhin

Entre les deux ponts, Mittlere Brücke et Dreirosen, côté petit Bâle, c’est d’ailleurs la partie des quais du Rhin la plus agréable, avec plein de buvettes ouvertes quand il fait beau et où on peut manger sur le pouce et boire un verre. Les gens se baladent en maillot de bain et on se croirait vraiment dans une station balnéaire en bord de plage!

5/ Le street-art et les cultures alternatives

Basel: Bâle en suisse allemand

Fidèle à sa tradition artistique ouverte sur l’art contemporain, Bâle n’en oublie pas les nouvelles formes d’expressions artistiques comme le street-art ou les cultures alternatives. Un peu comme un « mini-Berlin », il y a plein de lieux artistiques alternatifs à découvrir. Un des endroits les plus sympas, c’est l’aréal port, sur le Klybeckquai. C’est un très bon endroit pour aller en fin de journée. On peut manger en terrasse au Landestelle, qui sert une cuisine branchée avec des produits de saisons et des cocktails originaux (environ 50 CHF le dîner). A vrai dire, je ne sais pas si l’hiver c’est aussi animé, mais pendant l’été, c’est plein de monde, avec des concerts en plein air…

L’areal port à Bâle

Un autre endroit que j’ai beaucoup aimé, c’est le Sommer Casino, un ancien casino du XIXème siècle reconverti en lieu artistique alternatif avec des concerts et des expositions. Il y a de belles fresques de street-art sur la façade.

Pour trouver les principaux sites de street-art à Bâle, vous pouvez jeter un œil sur ce site. Il y a deux rues à ne pas louper: la rue Gerbergässlein, où l’on peut voir une gigantesque fresque représentant des musiciens du monde entier. Et la rue Steinenbachgässlein, où l’on peut voir les plus grands scientifiques représentés, comme Albert Eistein, Marie Curie ou même Léonard de Vinci.

Carnet pratique pour visiter Bâle:

Plus d’infos sur le site de l’office du tourisme de Suisse ainsi que sur le site de l’office du tourisme de Bâle.

Y aller: Bâle est facilement accessible depuis la France avec le TGV Lyria. Par exemple, c’est à tout juste trois heures de Paris. En réservant trois mois à l’avance on peut avoir des aller à partir de 29 euros.

Où dormir: j’ai passé deux nuits à l’hôtel Steinenschanze, très bien situé, à 10 minutes à pied de la gare et tout près du centre-ville (Steinengraben 29). Déco moderne et épurée. Très joli jardin pour prendre le petit-déjeuner. Personnel accueillant et disponible (à partir de 120 euros la chambre double).

Pour réduire le budget: voyager en Suisse n’est pas forcément évident pour les petits budgets, alors voilà deux astuces à Bâle qui permettent de réduire la facture.

  • Mobility Ticket: Quand on séjourne dans un hôtel à Bâle, on reçoit une carte de transport qui permet d’utiliser gratuitement les transports publics pendant toute la durée du séjour. Pour le jour où on arrive, on peut imprimer la réservation d’hôtel: ça fait office de ticket provisoire à montrer en cas de contrôle.
  • Basel Card: Les prix d’entrée des musées font assez vite grimper la note, alors si vous prévoyez d’en visiter plusieurs, je vous conseille de prendre la Basel Card qui donne droit à 50% de réduction sur les principaux musées de la ville, les croisières sur le Rhin et un trajet gratuit avec le bac pour faire la traversée. Il y a deux formules, 24h ou 48h et elle assez vite rentabilisée.

Nouveauté à partir de 2018: l’année prochaine, le Mobility Ticket et la Basel Card vont fusionner, ce qui veut dire que la Basel Card sera entièrement gratuite! En plus, la disposition sera étendue aux hébergements Airbnb également.

Bon plan spécial jeunes


Pour célébrer les 20 ans du musée, l’entrée de la Fondation Beyeler est gratuite jusqu’à fin 2017 pour les 25 ans et moins! Profitez-en!

Où manger: En plus des deux restaurants que j’ai déjà cités, le Landestelle sur les quais du Rhin et le Berower Park à la Fondation Beyeler, voilà deux bonnes adresses en centre-ville.

  • La Brauerei Fischerstube (Rheingasse 45): une brasserie artisanale qui brasse la bière locale Ueli depuis plus de 40 ans. Un bon endroit pour manger une cuisine suisse traditionnelle (environ 30 CHF).
  • Le Restaurant Atelier, ou im Teufelhof (Leonhardsgraben 49): une des meilleures tables de Bâle dans un super cadre.  C’est aussi un des plus bels hôtels de la ville, où l’on peut d’ailleurs voir les remparts d’origine de la ville dans le sous-sol (à partir de 80 CHF vin compris).

Shopping gourmand: Mise à part le chocolat, la spécialité gourmande de Bâle, ce sont les Läckerli, sorte de petits pains d’épices avec du miel. Il y a plusieurs Läckerli Huus dans Bâle, dont l’une à la gare, bien pratique pour faire ses achats juste avant son départ et dépenser ses derniers francs suisses…

Art, architecture, baignade dans le Rhin... Toutes les bonnes raisons de découvrir Bäle

 

Cet article vous a plu ? Alors épinglez-le sur Pinterest ⇒ ⇒



J’ai réalisé ce voyage en collaboration avec Suisse Tourisme et Bâle Tourisme mais tous les avis et impressions dans cet article me sont propres.

Découvrir un Japon traditionnel avec 5 lieux à visiter à Okayama
Voyage à Kota Kinabalu sur l'île de Bornéo en Malaisie

6 commentaires pour “5 bonnes raisons d’aller passer un week-end à Bâle”


  1. Ça a l’air super sympa Bâle, je ne connaissais pas du tout mais je mets ça sur ma liste pour un prochain voyage en Suisse. L’architecture ancienne comme nouvelles est jolie et originale et ce qui a l’air le plus top, c’est de se baigner dans le Rhin!


  2. super article qui me donne envie d’aller passer un jour ou deux à Bâle ! J’ai vu des gens se baigner aussi à Berne dans l’Aar mais en fait ils se laissent davantage porter par le courant, c’est marrant de les voir passer depuis les ponts de la ville en mode aucun effort 🙂



  3. Daniel Gutleben

    Répondre

    Superbes photos, superbes textes.
    Nous avons vécu à Bâle jusqu’à fin 1983 (puis à Toulouse) et nous n’avons pas pu tout voir … entre autres le bâtiment de Gehry postérieur à cette date. Tout récemment un reportage sur TF1 sur Bâle :
    http://www.lci.fr/societe/un-weekend-a-bale-2068027.html

    Autre commentaire à suivre sur le Carnaval de Bâle, unique au monde puisqu’il débute à 4 heures du matin, toutes lumières du centre ville éteintes !


    • Sarah

      Répondre

      ah merci pour le lien pour le reportage. Intéressant, par contre, le journaliste n’a visiblement pas compris que quand on séjourne dans un hôtel de Bâle on a droit à une carte de transport gratuite pour toute la durée du séjour! Et je ne comprends pas trop pourquoi il parle de Bâle comme d’une capitale, mais bon…
      AH c’est comment alors le carnaval de Bâle? J’aimerais bien avoir plus d’infos! Ca donne envie!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge