Kota Kinabalu ? Quel nom étrange et exotique n’est-ce-pas ? Pour ma part, je n’en avais jamais entendu parler avant de recevoir une invitation de Thai Airways et de l’office du tourisme de la Malaisie pour aller découvrir cet endroit. L’aspect méconnu de cette destination a d’autant plus attisé ma curiosité et mon envie de faire ce voyage. En plus, c’était ma première fois sur l’île de Bornéo, réputée pour la richesse exceptionnelle de sa faune, comme les orang-outans et les singes nasiques, et de sa flore avec ses forêts équatoriales. Il faut savoir que Bornéo est divisée en trois pays: la Malaisie au Nord, l’Indonésie au Sud, et le petit Etat du Brunei sur la côte Nord-Ouest.

Kota Kinabalu est la capitale de la région de Sabah, qu’on appelle aussi « The land below the wind » car elle est protégée des typhons. Elle tient son nom de la montagne toute proche: le mont Kinabalu, qui, avec 4.095m d’altitude, est le point culminant de Malaisie et un des plus hauts sommets d’Asie du Sud-Est (cf photo ci-dessus). Nous n’avons pas eu l’occasion d’en faire l’ascension lors de ce voyage, mais c’est un des incontournables de la région, même si c’est assez physique compte-tenu de l’altitude élevée.

Le principal intérêt de Kota Kinabalu, également surnommée « KK », est que c’est la porte d’entrée pour découvrir le nord de Bornéo. La compagnie aérienne Thai Airways a justement ouvert récemment une nouvelle ligne pour relier Bangkok à Kota Kinabalu et veut y attirer davantage de voyageurs. Il y a d’ailleurs en ce moment des vols en promotion à partir de 615 euros (Paris-Bangkok-Kota-Kinabalu A/R) pour des départs jusqu’en décembre.

Visite de Kota Kinabalu et découverte des traditions

La ville en elle-même de Kota Kinabalu n’a pas grand intérêt. C’est une grande agglomération de plus de 500.000 habitants, moderne, développée et très bétonnée. A l’origine c’était un ancien port britannique, mais suite à l’occupation japonaise pendant la Seconde Guerre mondiale, elle a été massivement détruite par les bombardements alliés, d’où le peu de patrimoine historique. Ce qui m’a frappée, c’est le nombre impressionnant de chantiers et d’immeubles en construction. On voit que c’est une ville en plein essor économique. Les routes sont en très bon état, les voitures modernes et confortables, les infrastructures récentes. Le niveau de développement est vraiment beaucoup plus élevé que dans les pays voisins comme l’Indonésie ou la Thaïlande. La Malaisie est un des pays d’Asie du Sud-Est les plus riches.

Il y a tout de même deux visites qui valent le détour: ce sont celles du village des traditions Kampung Warisan et du musée de l’héritage de Kota Kinabalu. On peut y visiter des maisons traditionnelles reconstituées, entièrement faites en bois et en bambous. On peut voir aussi les habits traditionnels des anciennes tribus, leurs outils, les instruments de musique… Avec les explications de notre guide de l’agence Asian Trails, on y a appris l’histoire et les traditions des peuples de cette partie de Bornéo qui ont d’ailleurs été de redoutables coupeurs de tête!

Gaya Island : plage, jungle et détente

Gaya island resort sur l'île de Gaya en face de Kota Kinabalu

Gaya island resort sur l’île de Gaya en face de Kota Kinabalu

Située juste en face de Kota Kinabalu, à 10 minutes en bateau, l’île de Gaya est idéale pour profiter des plaisirs de la plage et découvrir un aperçu de la jungle équatoriale. L’île est en fait occupée par plusieurs hôtels et il faut loger dans l’un d’entre eux pour en profiter. Pour notre part nous étions au Gaya Island Resort, un très bel hôtel 5 étoiles, parfait pour un séjour en couple calme et romantique (env 200 euros la chambre double). On peut facilement y passer trois jours car il y a beaucoup d’activités à faire au-delà de juste profiter de la piscine ou des différentes plages. L’idéal, c’est de faire une sortie en bateau pour aller faire du snorkeling. Les fonds marins sont sublimes et on peut voir des poissons tropicaux de toutes les couleurs. On peut aussi faire du kayak à travers la mangrove.

Les chambres sont très spacieuses, avec une salle de bain immense et une terrasse privative. Elles sont en bordure de jungle et il faut d’ailleurs bien fermer les portes car sinon des singes peuvent s’y faufiler pour voler des affaires…

Pour découvrir la nature environnante on peut faire de courtes randonnées à travers la jungle équatoriale en compagnie d’un guide qui donne des explications sur la flore et faune locale. Attention de prendre suffisamment d’eau car avec la chaleur humide on transpire beaucoup. Il faut aussi mettre des vêtements pour se protéger des piqures de moustiques ainsi que des bonnes doses de répulsif! Après l’effort en forêt, rien de mieux pour se réhydrater que de boire une eau de coco bien fraîche!

randonnée à travers la jungle équatoriale à Bornéo Une noix de coco bien fraîche pour se réhydrater en Malaisie

En plus des singes et autres lézards il y a pas mal de cochons sauvages sur l’île… J’ai tenté de m’approcher un peu trop près de l’un d’entre eux qui, l’instant d’avant avait l’air bien inoffensif, à moitié endormi la tête entre les pattes. Lorsqu’il a soudainement tourné la tête vers moi, je n’ai pu réprimer un mouvement de surprise!

Petite frayeur en s’approchant trop près d’un cochon sauvage

Le resort dispose d’un spa qui propose un large éventail de soins. Pour ma part, j’ai profité de la formule « Borneo Vanilla orchid and honey cocoon » avec un soin des pieds, un gommage, un soin des cheveux et un massage du corps. Le prix n’est pas donné (155 euros pour 2h30 de soin), mais les soins sont de grande qualité.

Soins au spa du Gaya Island Resort

Nous avons pu également prendre un cours de cuisine pour apprendre à réaliser deux spécialités culinaires de Bornéo: la salade Hivana, à base de poisson cru et de différents épices et aromates, et une soupe de crevettes Pinasakan, avec du gingembre, du piment et de la citronnelle. C’est toujours intéressant ce genre d’expériences, car on peut se familiariser avec les ingrédients locaux et apprendre de nouvelles manières de cuisiner. On peut aussi doser les épices à son propre goût puisqu’après on mange ce qu’on a soi-même cuisiné (la cuisine malaisienne peut être assez épicée!!). Pour le détail des recettes, c’est à lire sur le blog Travely Story.

A la découverte de la vallée de Kiulu et ses rizières

Le pont suspendu de Tuaran à Bornéo en Malaisie Le mont Kinabalu à Bornéo en Malaisie

Le temps d’une journée, nous sommes partis avec l’agence Bornéo Eco Tours à la découverte de la vallée de Kiulu, qui se situe à une petite heure de route de Kota Kinabalu. On s’est arrêté notamment sur le pont suspendu au village de Tuaran, d’où l’on a une vue sublime sur le mont Kinabalu, les rizières et la forêt équatoriale. Nous avons ensuite été accueilli à l’eco farmstay de Kiulu. J’ai vraiment adoré cet endroit! C’est une ferme qui cultive du riz bio avec des méthodes de culture qui réduisent le besoin d’eau des rizières, donc moins néfaste pour l’environnement. C’est d’ailleurs aussi possible d’y dormir et je regrette que nous n’en n’ayons pas eu l’occasion lors de ce voyage. J’y aurais bien passé deux ou trois jours en pleine nature (je vous recommande de le faire si vous en avez l’occasion).

L’éco farmstay de Kiulu: j’aurais adoré passé quelques jours dans cet endroit

 

Nous sommes allés à pied à la découverte du village voisin, avec son école, son église (il y a pas mal de chrétiens dans cette partie de la Malaisie) et ses maisons toutes proprettes.

Moment fort de la journée, nous avons appris comment cultiver du riz et nous avons nous-même repiqué quelques plants dans la rizière. C’est un travail physique et fastidieux qui se fait les pieds dans la boue toute la journée. Une fois le riz récolté, il faut ensuite le « battre » pour séparer la paille du grain, puis ensuite écraser les grains dans un mortier pour enlever l’écorce, puis enfin procéder à un tamisage pour séparer les grains comestibles. C’était vraiment passionnant de pouvoir découvrir et pratiquer tout ce travail, un vrai moment fort de ce voyage en Malaisie.

Une femme au travail dans une rizière de Malaisie à Bornéo

C’était un voyage un peu rapide mais qui en tout m’a donné envie d’en voir plus sur cette région. Il faut savoir en tout cas qu’il faut prévoir un budget plus élevé que dans les autres pays d’Asie du Sud-Est car la Malaisie est un pays assez riche. Pour compléter votre lecture, je vous invite à lire quelques autres articles:




5 bonnes raisons d'aller passer un week-end à Bâle
Un week-end à travers l’Estérel et la Côte d’Azur

5 commentaires pour “Voyage à Kota Kinabalu sur l’île de Bornéo en Malaisie”



  1. Ca semble être un joli pied à terre, niveau logement j’imagine que c’est encore assez peu limité niveau offre location saisonnière?
    C’est sympa en tout, on s’eloigne des grandes capitales pour respirer et ça c’est le top!




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge