Visiter la région d’Okayama au Japon est une véritable expérience hors des sentiers battus. Peu de touristes étrangers s’y arrêtent, alors que c’est une préfecture facile d’accès, à mi-chemin entre Osaka et Hiroshima et à une heure d’avion de Tokyo. A mille lieux des grandes métropoles modernes, on peut y découvrir un Japon traditionnel, qui perpétue les arts ancestraux comme la céramique pour la cérémonie du thé ou la fabrication des sabres de samouraï… Il y a sûrement bien plus que cinq endroits à visiter dans la région d’Okayama, mais voilà en tout cas ceux que j’ai eu l’occasion de découvrir.

1/ Le jardin Korakuen à Okayama

Le jardin Korakuen à Okayama

Le jardin Korakuen d’Okayama n’est pas très connu par les touristes étrangers, par contre il l’est par les touristes japonais puisqu’il est considéré comme un des trois plus beaux jardin du Japon. Pour ma part je l’ai découvert en plein été, mais c’est aussi un endroit sublime en automne et au printemps avec la floraison des cerisiers. Il a été construit il y a 300 ans par le seigneur féodal de la région. D’une surface de 13 hectares, il faut prendre son temps pour le visiter, et flâner au milieu des étangs, des pelouses, et des maisons de thé. Il y a même une rizière, une plantation de thé et un petit théâtre de no où il y a de temps en temps des représentations.

Pour faire une pause pendant la visite, il faut aller boire un thé vert traditionnel japonais, le matcha, dans une maison de thé. Certains n’aiment pas le goût assez amer de la boisson, mais moi j’adore. En plein été, comme il faisait 35 degrés, on a d’ailleurs pu le boire frais avec un glaçon, mais je ne suis pas sûre que cela respecte bien le très sérieux protocole qui encadre normalement cette tradition.

2/ Le château noir d’Okayama

Le château noir d’Okayama

Juste en face du jardin de Korakuen, le château d’Okayama a la particularité d’être de couleur noire, ce qui est peu fréquent pour les châteaux japonais. La visite de l’intérieur est surtout intéressante pour la vue magnifique qu’on a au sommet du château, à la fois sur le jardin et la ville d’Okayama. Les gargouilles dorées en forme de poissons qui bordent les toits du château sont assez insolites.

Le château d'Okayama vu depuis le jardin Korakuen Vue depuis le sommet du château d'Okayama

3/ Le quartier traditionnel de Bikan à Kurashiki

Le canal du quartier Bikan à Kurashiki

Situé à 10 minutes en train d’Okayama, Kurashiki a été mon vrai coup de coeur dans la région. Le principal intérêt de la ville, c’est le quartier traditionnel de Bikan. Situé le long d’un canal bordé de saules pleureurs, il a beaucoup de charme et de cachet. Historiquement, Kurashiki était spécialisée dans le commerce du riz et il y a d’ailleurs toujours beaucoup de rizières dans la campagne environnante. Les marchands utilisaient alors le canal pour transporter les marchandises. Aujourd’hui, les anciens entrepôts où étaient stockés le riz ont été transformés en musées, galeries d’Art et magasins de souvenirs.

Il y a d’ailleurs un musée d’Art assez connu au Japon à Kurashiki: le Musée d’Art Ohara. Les touristes japonais viennent y voir la collection d’oeuvres d’art européennes amassée par le riche marchand de textile Ohara Magosaburo, parmi lesquelles des Picasso, Monet, Matisse ou encore Cézanne… Mais pour un touriste européen, la partie la plus intéressante du musée, c’est celle consacrée à l’Art japonais. Il y a notamment toute une section consacrée à l’Art japonais contemporain et c’est celle que j’ai trouvée la plus remarquable.

Il y a aussi un très beau sanctuaire shinto à découvrir, à condition d’avoir le courage de monter les marches qui y conduisent: le Achi shrine. Vieux de 1700 ans, il est situé au sommet du mont Tsurugata, d’où l’on a également une belle vue sur Kurashiki. C’est vraiment quelque chose que j’adore au Japon: l’espace d’un instant avoir l’impression d’être coupé du monde et des bruits de la rue en se retrouvant dans un temple.

4/ Le musée du sabre japonais de Bizen Osafune

Osafune, qui fait partie de la ville de Setouchi, est également facilement accessible en train depuis Okayama (30 minutes environ). Osafune était un lieu important de fabrication des sabres japonais lors de l’époque féodale. Aujourd’hui, la tradition est perpétuée grâce au musée du sabre japonais où l’on peut voir notamment une exposition importante de vieux sabres traditionnels des samouraïs. On peut aussi assister au travail des artisans forgerons. Ils doivent marteler avec force et adresse des morceaux d’acier chauffés dans un four à 1300 degrés. Mieux vaut ne pas avoir trop peur du feu, car les étincelles qui jaillissent lors de leur travail sont impressionnantes. Les visiteurs courageux peuvent aussi participer et marteler l’acier en fusion, mais pour ma part, je n’ai pas été assez téméraire pour cela…

5/ Les céramiques de Bizen à Imbe

Imbe est une petite ville rustique et silencieuse, à 40 minutes de train d’Okayama (pour rallier Osafune à Imbe par contre mieux vaut prendre un taxi car les deux villes ne sont pas sur la même ligne de train). Elle est réputée car c’est là que des artisans perpétuent la tradition de fabrication des poteries de Bizen, parmi les plus anciennes et les plus connues du Japon. Elles sont de teinte plutôt sobres et naturelles et elles sont un must pour les cérémonies du thé. On peut entrer librement dans de nombreuses poteries, qu’on reconnait facilement car ces maisons ont de grandes cheminées. Pour les amateurs, il y a aussi un musée d’Art de la céramique de Bizen où l’on peut voir des pièces exceptionnelles qui ont été reconnues « Trésors nationaux vivants » du Japon.

Carnet d’adresse pour visiter Okayama et sa région

Où dormir:

  • Le plus central et le plus économique, c’est de dormir à Okayama même, où il y a un certain nombre de business hôtels à l’instar de l’Okayama Plaza Hotel. Ce sont des hôtels sans charme particulier, mais fonctionnels, et celui-ci est situé juste en face du château d’Okayama.
  • Une autre option, plus chère, mais plus authentique, est de dormir dans un ryokan à Kurashiki. Un ryokan est un hôtel traditionnel japonais où l’on dort sur un futon et où l’on mange de la nourriture kaiseki, la haute gastronomie. C’est une expérience à faire absolument au moins une fois lors d’un voyage au Japon. Je n’en ai pas eu l’occasion à Kurashiki donc je ne peux pas recommander d’adresse en particulier.

Où manger:

  • Un restaurant de sushi: le Kokorozushi à Imbe. C’est un tout petit restaurant traditionnel et je crois bien que c’est là où j’ai mangé parmi les meilleurs sushis de ma vie au Japon. Le chef cuisinier prépare à manger devant vous derrière le comptoir.

  • Une brasserie artisanale: le Doppo-kan à Okayama. C’est une brasserie artisanale à la fois de bières et de saké et la bonne surprise, c’est qu’on y mange aussi très bien. On peut apprécier la nourriture traditionnelle japonaise tout en goûtant des bières et des sakés originaux. Le restaurant est tout neuf avec un très beau cadre.

  • Un salon de thé: le Parlor Kudamono Komachi à Kurashiki. C’est un tout petit restaurant super mignon avec en plus un jardin agrémenté d’une forêt de bambous. C’est l’endroit idéal pour faire une pause en visitant Kurashiki. Les coupes de glaces avec des fruits frais sont succulentes. La pêche est le fruit typique de la région si vous avez la chance d’y être pendant la saison.

Toutes les infos pour préparer votre voyage à Okayama: https://www.okayama-japan.jp/fr/

Ce voyage a été réalisé en collaboration avec le Gouvernement métropolitain de Tokyo.

Quelques idées pour découvrir Tokyo autrement
5 bonnes raisons d'aller passer un week-end à Bâle

One commentaires pour pour “Découvrir un Japon traditionnel avec 5 lieux à visiter à Okayama”


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge