La ville de Wakayama est une destination qui n’est pas dans les guides de voyage… Au Japon, cette région est connue pour les temples de Koyasan, l’onsen de Shirayama, le chemin de pèlerinage de Kumano ou la cascade de Nachi, mais très peu de voyageurs s’arrêtent à la ville de Wakayama, la capitale de la préfecture. C’est pourtant une étape idéale, facilement accessible en train depuis Osaka (1 heure) et très proche de l’aéroport international du Kansai (40 minutes) pour ceux qui arrivent par là au Japon. De là on peut ensuite aller à Koyasan, ou bien à Shirayama. J’y ai passé pour ma part quatre jours et j’ai été incroyablement séduite par son château, ses innombrables temples, ses onsen et ses plages magnifiques.

Vue sur le château de Wakayama depuis la porte Okaguchi-mon

Un voyage hors des sentiers battus

J’utilise rarement l’expression « hors des sentiers battus » car elle est trop souvent dénaturée et employée pour parler de sites qui sont finalement fréquentés par pas mal de touristes. Par contre, elle correspond bien pour la ville de Wakayama. Il y a bien quelques touristes japonais ou chinois, mais quasiment aucun occidentaux. C’est une expérience un peu déstabilisante parfois car quasiment personne ne parle anglais et très peu de restaurants ont un menu en anglais, mais c’est ça qui fait le charme de ce voyage. Les Japonais sont d’une grande gentillesse et feront leur maximum pour vous aider si vous êtes perdu. Ils viennent d’ailleurs spontanément vous parler dans la rue en vous demandant d’où vous êtes. Alors dépêchez-vous d’aller à Wakayama avant que la ville ne fasse son entrée dans les guides de voyage… Elle perdra alors un peu de son charme de destination « hors des sentiers battus ».

Que voir et que faire à Wakayama ?

Le château de Wakayama

L’attraction la plus populaire à visiter à Wakayama c’est son château. Situé sur une colline en plein milieu de la ville, il a été, comme la plupart des châteaux japonais, plusieurs fois détruit et reconstruit. L’édifice actuel date de 1958. L’intérieur est transformé en musée avec des objets d’époque et des armures de samouraï. Il faut monter tout en haut pour profiter d’une vue magnifique sur Wakayama.

Le château de Wakayama à travers une rangée de torii Le château de Wakayama et le pont Ohashiroka

Le château comporte plusieurs accès et ça vaut le coup de faire le tour du mur d’enceinte pour le voir sous différents angles. Coté nord, on a un très beau point de vue avec le pont en bois Ohashiroka (qu’on peut traverser en chaussettes), et coté sud, en montant sur une petite colline, on a une belle perspective sur le château à travers une série de torii, ces beaux portiques oranges. Le parc est un endroit très réputé pour voir la floraison des cerisiers, mais comme j’y étais mi-mars, c’était encore trop tôt (à Wakayama c’est fin mars). Infos pratiques (prix de la visite 410 yens).

Visiter le temple de Kimii-dera

Le temple de Kimii-dera à Wakayama

S’il n’y avait qu’un seul temple à voir à Wakayama, ce serait celui-là. Le temple de Kimii-dera a été fondé au VIIIème siècle par un moine venu de Chine. Il faut monter 230 marches pour y accéder et payer un modeste droit d’entrée (200 yens). On peut y voir une spectaculaire statue de Bouddha dorée de 12 mètres de haut.

Découvrir les plages et les temples de Wakaura

L’avancée rocheuse de Horai-iwa sur la baie de Wakaura

La baie de Wakaura, située au sud de Wakayama est surtout réputée pour ses plages, dont celles de Namihaya et Kataonami, qui ont été désignées parmi les 100 plus belles plages du Japon par le ministère de l’environnement. L’idéal pour y aller quand on n’a pas de voiture, c’est de louer un vélo (500 yens la journée), soit à la gare JR soit devant le centre d’information du château. C’est une super balade à travers les ports de pêche, les plages, les parcs et les temples. J’ai vraiment regretté qu’on soit au mois de mars et je n’ai pas pu donc me baigner car l’eau est très froide à cette période. L’avancée rocheuse de Horai-iwa (photo ci-dessus) est un des plus beaux panoramas maritimes que j’ai vus au Japon. Pour le port de Saikazaki, on le croit tout droit sorti d’une carte postale, un peu comme un port sur la côte italienne d’Amalfi.

A vélo à travers le parc de Kataonami-koen au sud de Wakayama

Le port de Saikazaki et la plage de Kataonami

En plus des plages et des ports de pêche, on découvre d’autres temples intéressants. A chaque fois, j’étais quasi seule pour les visiter, ce qui est très appréciable pour s’imprégner de l’atmosphère des lieux. Le temple de Wakaura Tenman-gu (accès gratuit) est dédié au dieu de la scolarité et les jeunes viennent y prier pour réussir leurs examens. Juste à côté, le temple Kishi Tosho-gu (entrée 500 yens) est quant à lui surnommé le « Nikko du Kansai » pour sa ressemblance au temple Toshogu à Nikko, classé au patrimoine mondial de l’Unesco.

Le temple de Kishu Tosho-gu (à gauche) et le temple de Wakaura Tenman-gu (à droite)

Un voyage en train insolite avec un chat pour chef de gare

Les trains insolites font partie de la culture japonaise. Il y en a un qui circule au départ de Wakayama: c’est la Kigishima Electric railway, avec pour originalité d’avoir un chat pour chef de gare à son terminus, la gare de Kishi. Nitama, qui a remplacé Tama, décédée il y a deux ans, exerce ses fonctions cinq jours sur sept, pendant les horaires d’ouverture de la gare. Elle a d’ailleurs une remplaçante, Yontama pour pouvoir prendre des week-end et des vacances… Ca fait un peu bizarre de voir un chat dans une vitrine, mais au moins ils sont deux à se partager le poste. La jolie histoire, c’est que cette ligne ferroviaire était menacée de fermeture car elle n’était pas assez rentable et que la publicité autour de ce chef de gare un peu particulier a permis d’attirer les touristes et de sauver la ligne. Toute la gare de Kishi est conçue sur le thème félin. Ca ravira les amateurs de « japoniaiseries » un peu kawaï…

Il y a trois trains différents qui circulent sur la ligne: Ichigo, sur la thématique des fraises, Omocha, sur celle des jouets et Tama sur les chats. Ils ont chacun une décoration originale. L’idéal, c’est de prendre un pass pour la journée (780 yens) comme ça on peut monter et descendre quand on veut. Il y a des trains toutes les 20 minutes environ.

Voyage à bord du train ichigo sur la kishigawa railway

Emprunter cette ligne ferroviaire est surtout une bonne occasion pour découvrir la campagne autour de Wakayama. Je vous conseille de la prendre à l’aller directement jusqu’au terminus de Kishi en profitant du paysage et des curiosités insolites du train. A l’arrivée, si c’est la saison des fraises, profitez-en pour en manger, elles sont délicieuses et incroyablement sucrées. On peut faire une pause au café de la gare.

Maisons et villages aux environs du temple Ashigami-jinja

Au retour, on peut s’arrêter plusieurs fois pour voir les temples sur le parcours. Il y a une très belle balade d’une heure à faire en descendant à la gare de Sando. En marchant à travers les villages, on peut aller voir le temple Ashigami-Jinja, érigé en l’honneur du dieu des pieds (il y a un des dieux pour tout au Japon) et particulièrement révéré par les sportifs. Ensuite, on passe par le temple Saiouji, puis on arrive au temple Itakiso-Jinja, où l’on prie pour le dieu du bois. Après, on reprend le train à la gare d’Idakiso.

Le temple Ashigami-jinja avec des sandales et des vieilles chaussures en offrande

Attention par contre, ce n’est pas très facile de trouver son chemin et Google map ou Maps me ne sont pas d’une grande utilité. J’ai dû demander mon chemin à plein de villageois et ils m’ont tous guidé avec bonne volonté et gentillesse à bon port. C’est aussi ce qui fait le charme de cette balade.

Le temple Itasiko à Wakayama

Plus loin, on peut aussi s’arrêter à Kamayama pour voir le temple Kamayama-jinja, puis à Nichizengu pour voir Nichizen-gu Shrine. Une très belle manière de conclure cette balade est d’aller se baigner dans les eaux chaudes et réparatrices de l’onsen Hanayama. Là encore, j’ai eu besoin de demander ma route plusieurs fois pour trouver l’endroit (je précise que je ne parle pas un mot de japonais…), mais ça vaut le coup. Attention par contre, pour ceux qui n’ont jamais été dans un onsen japonais, ça peut être un peu intimidant, car rien n’est indiqué en anglais et il n’y a pas de panneaux explicatifs sur les bonnes pratiques à adopter.

Se baigner dans un onsen

Onsen avec vue sur mer au ryokan Kada Kaigetsu

D’où ma transition… La ville de Wakayama est très réputée pour ses onsen, des sources d’eau thermale chaude, très riche en minéraux avec des vertus thérapeutiques pour stimuler l’immunité naturelle, soulager les douleurs musculaires et les problèmes dermatologiques. C’est une expérience à tester absolument lors d’un voyage au Japon. Voilà un guide complet rédigé sur le blog Gaijin au Japon, une référence pour ceux qui veulent voyager dans ce pays. Il y a en effet de nombreuses règles à respecter. Deux choses importantes à savoir: il faut s’y baigner nu et la grande majorité sont interdits aux personnes tatouées. Il y a au total 14 onsen à Wakayama et j’en ai testé deux: celui du ryokan Kada Kaigetsu (voir plus bas), dont on peut profiter en tant que client de l’hôtel ou alors en client extérieur, et celui de Hanayama (entrée 850 yens et location de serviette 300 yens). Ce dernier a la particularité d’avoir de l’eau marron, riche en fer. Il y a plusieurs bassins à différentes températures, de 26 à 42°C et il y a aussi un bassin extérieur. Consulter la liste des onsen de Wakayama et les infos pratiques.

Dormir dans un ryokan

Chambre traditionnelle japonaise avec vue sur mer au ryokan Kada Kaigetsu

Un ryokan, c’est un hébergement traditionnel japonais où l’on dort sur un futon et où l’on mange de la cuisine gastronomique de type kaiseki. Là aussi, c’est une expérience à vivre lors d’un voyage au Japon, même si c’est un budget un peu élevé (en moyenne à partir de 150 euros par personne pour une nuit avec dîner et petit-déjeuner). Il y en a beaucoup sur la ville de Wakayama. Pour ma part, j’ai passé une nuit au ryokan Kaigetsu (18.000 yens pour une nuit avec dîner et petit-déjeuner), situé au port de pêche de Kada, avec une superbe vue sur la mer. Du centre-ville de Wakayama, il faut prendre un train à la gare de Wakayamashi, qui dessert Kada en une demi-heure.

Séjour au ryokan Kada Kaigetsu avec onsen, dîner traditionnel et nuit sur un futon

Passer une nuit dans un ryokan, c’est une immersion complète dans la culture traditionnelle japonaise, avec bain dans un onsen (ici face au coucher de soleil sur la mer), dîner façon kaiseki avec la haute gastronomie japonaise, port du yukata, un kimono léger, et nuit sur un futon. Vu la proximité de Wakayama avec l’aéroport international du Kansai, c’est l’endroit idéal pour faire cette expérience, que ce soit la première nuit lors d’un voyage au japon, ou la dernière, juste avant de reprendre l’avion.

Découvrir Kada, son port de pêche et ses temples

Des algues qui sèchent sur le port de Kada à Wakayama

Kada, c’est un village de pêcheurs où l’on peut flâner tranquillement en observant les bateaux et les algues qui sèchent au soleil. La plage de Kada est aussi très populaire l’été pour la baignade.

La plage de Kada, très populaire l’été pour la baignade

Il y a un temple très original à visiter à Kada: Awashima-jinja shrine. Il est entouré de milliers de poupées et de figurines envoyées de tout le Japon pour porter bonheur à leur expéditeur. Il est érigé en l’honneur d’une déesse de la féminité et les femmes viennent y prier pour leur grossesse, des problèmes de fertilité ou des maladies féminines.

Le temple Awashima-jinja à Kada

Manger des ramen

Les ramen, c’est une des spécialités culinaires les plus populaires de Wakayama. Tout a commencé il y a une vingtaine d’année quand une émission télévisée a désigné une petite catine locale de Wakayama, Ide Shoten comme faisant les meilleurs ramen du Japon. Aujourd’hui Ide Shoten est toujours là (à proximité de la gare de train JR, 4-84 Tanakamachi), et on y mange sur un coin de table sans prétention de succulents ramen (700 yens). Il y a aussi plein d’autres adresses à découvrir à Wakayama, comme ramen Marui par exemple, à proximité du château (Le château Juniban-cho 1F, 87 Juniban-cho).

Carnet d’adresses pour visiter Wakayama

Où dormir: pour une expérience dans un ryokan, j’en ai déjà parlé plus haut, il y a le Kada Kaigetsu. C’est un peu loin du centre-ville de Wakayama, mais on ne loge pas dans un ryokan pour visiter mais pour profiter de l’hôtel en lui-même.

Pour les budgets moyens: le Smile hotel est idéalement situé juste en face du château. C’est un « business hôtel » comme il en existe beaucoup au Japon: sans charme particulier mais fonctionnel et confortable. Le vrai plus, c’est d’avoir une chambre avec vue sur le château. Sinon on peut se rattraper au petit-déjeuner dans la salle de restaurant du 9e étage avec une superbe vue panoramique sur le château.

Chambre et petit-déjeuner avec vue au Smile Hotel

Pour les petits budgets: la guesthouse Rico, à mi-chemin entre le château et la gare JR est un super choix. Elle est tenue par un jeune couple de Japonais très accueillants et qui donnent plein d’infos et de bonnes adresses pour visiter Wakayama. Pour la nuit, il y a le choix entre lits superposés ou futons sur tatami. Il y a aussi des chambres doubles. Très propre et bien tenu.

Où manger: le petit challenge à Wakayama, c’est de réussir à commander à manger dans les restaurants, sachant qu’il n’y a rarement des menus en anglais. Mais cela fait partie du jeu et du charme du voyage. Je ne parle pas un mot de japonais et j’ai toujours réussi à m’en sortir… Les serveurs sont toujours très gentils et feront le maximum pour vous aider!

La région de Wakayama est très agricole avec beaucoup de vergers et de cultures fruitières. En fonction de la saison, il faut goûter un maximum de fruits car ils sont succulents et vraiment pas chers. En mars, je me suis régalée avec les oranges, les mandarines et les fraises. Niveau poisson, la spécialité c’est le thon et les sushis sont excellents. J’ai découvert aussi un très bon soda au gingembre de Wakayama.

Pour changer des ramen et des sushis, j’ai eu un vrai coup de cœur pour 3B Big Bite Burger:  le meilleur burger que j’ai mangé au Japon! En plus le restaurant est situé dans une allée toute mignonne à Wakayama, Jyan Jyan Alley (3 Chome-27 Shimazakicho). Juste à côté, il y a le cafe Mokuren, super adresse également pour boire un café (en plus il y a un bon wifi).

Excellent burger au 3B burger à Wakayama

A Wakaura, pour manger ou prendre une pâtisserie ou un café entre les visites de temples et les plages, j’ai beaucoup aimé le Wakanoura cafe Malerei (très bon vegan curry). il y a une super vue sur le pont Furobashi et le Wakanoura Art Cube. Pour le trouver, c’est facile, le pont Furobashi est sur toutes les cartes.

Pour les travailleurs nomades qui veulent bosser pendant des heures avec un bon wifi, je recommande le Cafe & Dining Bar Rishé, juste en face du château, côté nord. J’y ai passé dix heures d’affilée pour écrire cet article 😉

Pour compléter cette lecture, vous pouvez lire l’article de Voyages et Vagabondages sur Wakayama. Je m’en suis beaucoup servi pour préparer ce voyage.

 

Les trésors méconnus de Wakayama




J’ai été l’invitée de l’agence Tashizan sur le projet #mysecret #wakayama, oragnisé avec  la ville de Wakayama. Cela ne change en rien mon avis et mes opinions sur cette destination.

Escapade à Saint-Malo, thalasso et char à voile
Les plus belles cascades à voir en Islande

3 commentaires pour “Découvrir la ville de Wakayama, un secret méconnu au Japon”


  1. Fantastique, je pense que cette destination est méconnue du grand public, c’est vrai que quand on pense au Japon on pense à Tokyo et à ses quartiers animés. Les voyageurs ont parfois peur de s’aventurer en dehors des lieux de villégiature habituels, c’est pourquoi notre agence leur propose des voyages insolites et aux antipodes des destinations classiques. On a parfois besoin d’être encadrés pour sauter le pas


  2. C’est toujours un plaisir de venir rêver sur ton blog. Le combo temples et plages magnifiques est définitivement gagnant, si en plus tu y ajoutes des bains thermaux et des bons petits plats, je ne vais pas résister longtemps avant d’acheter mon billet d’avion! Merci pour cette belle découverte!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge