Des fois, quand on voyage, on quitte un endroit en ayant l’impression d’être passé complètement à côté… Et c’est ce qui m’est arrivé à Buenos Aires. Cinq jours, c’était beaucoup trop court pour prendre le temps de découvrir la capitale de l’Argentine. Et peut-être que je ne m’y suis pas hyper bien prise…

Première erreur. J’atterris le 28 janvier à Palermo, quartier fashion situé au Nord-Est de Buenos Aires, réputé pour sa vie nocturne. « L’un des quartiers les plus branchés », dixit le
Lonely Planet, avec « des restaurants ultra-modernes », « des magasins très tendance »… Hummm… J’aurais dû me méfier… Mais bon, j’ai suivi une Allemande rencontrée dans le bus qui connaissait déjà et m’assurait que c’était super sympa… En fait, c’est un quartier d’un ennui total. Quasiment personne dans les rues la journée.. Des boutiques de fringues branchouille avec trois blouses fleuries qui se battent en duel sur des portants… Des sandwicheries bio… Des bars à sushi… A la limite, le soir, c’est sympa, mais surtout pas comme quartier pour loger.

Deuxième erreur. J’atterris à l’Hostel Suites Palermo, véritable plaque-tournante de backpackers (routards en anglais). J’y ai passé trois nuits au total, dans un dortoir à six lits, mais allez savoir pourquoi, chaque jour, j’avais de nouveaux compagnons de dortoirs… Aucun qui reste plus d’une nuit d’affilée… J’ai du mal à comprendre d’ailleurs… Mais ils passent juste un jour à Buenos Aires ou quoi ??? Difficile du coup de rencontrer des gens avec qui passer des moments sympas… En plus, à ce stade de mon voyage (deux mois et demi que je suis sur la route), je commence à en avoir marre de « l’ambiance backpackers »… L’impression de rencontrer toujours les mêmes gens. Australiens, Anglais, Israéliens, Australiens, Anglais, Israéliens… Marre de devoir toujours poser les mêmes questions. « Where do you come from? » « How long have you been travelling ? » « Where are you going? »… Et de devoir à mon tour toujours répéter le même discours… Chili, Antarctique, Argentine, un an de voyage, Afrique du Sud, Russie… Toujours le même discours, répété quatre ou cinq fois par jours, c’est vraiment lassant… J’aime beaucoup voyager seule et faire des rencontres, mais c’est sympa aussi de rencontrer des gens avec qui faire un bout de chemin… Et sur ce plan là, en Argentine, je n’ai pas vraiment eu de chance… Quelques belles rencontres en Patagonie, mais avec des gens qui ne faisaient pas le même parcours que moi.

Bref… Je me sens un peu à côté de mes pompes dans ce backpacker (c’est aussi le nom de ce genre d’hôtels). Pourtant, je profite bien de mes journées, me ballade dans les différents quartiers. Shopping de fille sur l’avenida Florida, lèche-vitrine des boutiques d’antiquité à San Telmo, découverte du très coloré (mais trop touristique) quartier de la Boca, promenade aux pieds des beaux gratte-ciels de Puerto Madero, après-midi tranquille au beau cimetière de Recoleta, … Mais j’ai l’impression de passer à côté de « la vraie Buenos Aires ». Je me sens un peu perdue dans cette grande ville. De toutes manières, ce n’est jamais une bonne idée pour découvrir une capitale de loger à l’hôtel ou dans une auberge de jeunesse… Il vaut mieux pouvoir être logé chez des gens qui habitent là. J’avais eu cette chance à Santiago, au Chili, et avais adoré cette ville, pourtant souvent mal aimée par les touristes de passage.

Argentine 3690

Je finis pourtant mon séjour à Buenos Aires sur une bonne note… Avant d’arriver, mon objectif était justement d’éviter d’aller à l’hôtel et de tenter le couchsurfing. Pour ceux qui ne connaissent pas, le principe du couchsurfing, littéralement « surfing sur un canapé », c’est de loger gratuitement chez des gens. Le site Internet met en relation ceux qui sont prêts à accueillir des gens chez eux (en général sur leur canapé dans le salon), et ceux qui sont à la recherche d’un logement. Risqué d’aller dormir ou d’accueillir chez soi de parfaits inconnus me direz-vous ? Pas sur couchsurfing. A chaque fois que quelqu’un héberge ou est hébergé, il laisse une appréciation sur le site. Quelqu’un qui ne se comporterait pas correctement s’expose donc à une recommandation « négative », plutôt gênante pour continuer à héberger ou être hébergé… Le plus difficile étant de démarrer, car sans aucune recommandation, il faut trouver des gens qui acceptent d’accueillir un « novice »… Ce qui était mon cas avant d’arriver à Buenos Aires. Mais finalement, in-extremis, j’ai une réponse positive d’un Argentin, Francisco, prêt à m’accueillir chez lui pendant deux jours… Trop cool!!!

Je déménage mon paquetage du tristounet et touristique Palermo pour atterrir en plein centre-ville, à Congreso. Quartier beaucoup plus vivant et plus argentin. Soirée bière devant un match de foot, découverte des bars et cafés du quartier, discussions animées sur l’Argentine et les Argentins… J’ai enfin l’impression de découvrir la ville… Mais deux jours seront finalement un peu courts pour appréhender « la vraie Buenos Aires ». Je serais bien restée plus longtemps, mais j’ai déjà acheté mon billet de bateau pour Montevideo (Uruguay), et ça fait un peu cher de devoir le payer une deuxième fois… Je quitte à regrets la capitale de l’Argentine… C’est sûr, il faudra que je revienne à Buenos Aires lors d’un prochain voyage!!!

Argentine 3724

Et un billet gratuit pour le crooner espagnol Joaquin Sabina à Montevideo (Uruguay)
Best of Bières in Argentine: la Quilmes

6 commentaires pour “Comment je suis passée à côté de Buenos Aires…”

  1. Je suis complètement oubliée dans cette histoire: les contacts à Santiago et je t’avais mis une référence sur couchsurfing moi, et je suis une ancienne du site avec beaucoup de références donc ça compte, d’ailleurs, on peut aussi poser des questions à d’autres ayant déjà hébergé une personne, pratique.
    Ah oui, Buenos Aires, super, moi aussi je n’y étais malheureusement restée que 5 jours (car Carnaval à Rio qui m’appelait) et j’avais eu l’impression de passer à côté des musées, mais bon pas de la ville! Et bon couchsurfing, d’ailleurs, je t’écris de chez un couchsurfer marocain.


    • Sarah

      Répondre

      oulala, voila que je me fais engueuler… c’est clair que c’était cool d’avoir déjà des références, mais j’avais pas de références de gens qui m’avaient hébergé, c’est ça que je voulais dire… et merci pour les caontacts à santiago… c’était super cool d’être chez jeanne et rémi… bon, faut qu’on retourne à buenos aires alors puisque toi non plus tu n’y es pas restée assez longtemps…
      مع السلامة




  2. angélique

    Répondre

    Hello Sara 🙂
    Je te contacte car je suis à la recherche d’un couchsurfing à buenos aires…. pourrais tu me mettre en contact avec la personne chez qui tu a séjourné ?

    merci d’avance,
    Angélique


Trackbacks/Pingbacks

  1.  10 événements et expositions pour voyager à Paris cet été

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge