Si l’on devait désigner un paradis sur terre pour les cyclistes, nul doute que ce serait les Pays-Bas! Certes, je n’ai pas fait le tour du monde à vélo, mais je suis à peu près certaine qu’il s’agit du meilleur pays pour les adeptes de la petite reine. Avec un réseau de plus de 30.000km de pistes cyclables, un code de la route adapté, des automobilistes attentifs et respectueux et des paysages plats dans l’ensemble, c’est une destination idéale pour un voyage à vélo.

A l’origine, avec mon amie Adeline (Voyagesetc), nous avions prévu un voyage aux Pays-Bas en mode city-trip à Rotterdam au mois de mai 2020. C’était sans compter l’épidémie de covid-19 qui a bien sûr chamboulé tous nos plans. Lorsqu’à la faveur de l’été, le virus a marqué une accalmie, permettant à nouveau de franchir les frontières des pays proches, nous avons décidé de maintenir cette destination, mais sous une forme de voyage complètement différente. Après les longues semaines de repos forcé du confinement, nous avions résolument besoin de nous dépenser physiquement et de nous aérer en pleine nature. Alors nous avons décidé de faire un voyage à vélo. Avec une dizaine de jours devant nous, nous avons choisi un itinéraire nous permettant de traverser une bonne partie du pays, avec un départ d’Amsterdam et une arrivée à Maastricht. Entre les deux: un bon mix d’espaces naturels, de villes moyennes et de villages typiques à découvrir. Un voyage idéal pour se dépayser tout en restant proche de la France et loin des foules touristiques.

Voyage à vélo aux Pays-Bas avec Dutch Biketours

Pour l’organisation de ce voyage, nous avons utilisé les services d’une agence spécialisée sur les périples à vélo: Dutch Biketours. Voyager à vélo implique des contraintes spécifiques d’organisation: il faut pouvoir acheminer son vélo (si on en a un) sur son lieu de vacances, transporter ses bagages dans ses sacoches toute la journée, être capable de réparer son véhicule si on a un souci technique sur la route… Passer par une agence permet d’éviter ces problèmes logistiques et de mieux profiter de son voyage.

L’intérêt du concept, c’est qu’on peut établir son voyage à la carte, en fonction du degré d’organisation qu’on souhaite. La formule de base de l’agence comprend: la réservation des hôtels sur le parcours, le transport des bagages d’un hébergement à l’autre et les traces GPS de chaque étape avec des conseils de visite. Après, on peut rajouter la location des vélos, les accessoires (casque, GPS, sacoche…), la demi-pension dans les hôtels et différentes formules d’assurance. Il y a plein d’itinéraires possibles, que ce soit en linéaire comme on a fait, d’une ville à une autre, ou alors en boucle, avec un départ et une arrivée au même endroit.

Amsterdam – Maastricht en six étapes et plus de 350 km

Nous avons suivi sur une grande partie la grande route cyclable LF7 qui traverse les Pays-Bas d’Alkmaar au nord, jusqu’au sud à Maastricht. Avec le programme proposé par Dutch Biketours, notre voyage Amsterdam-Maastricht s’est découpé en six étapes.

  • Amsterdam – Utrecht 61km
  • Utrecht – ‘s-Hertogenbosch (Bois-le-Duc en français) 70km
  • ‘s-Hertogenbosch – Nuenen 48km
  • Nuenen – Weert 61km
  • Weert – Maaseik 45km
  • Maaseik – Maastricht 45km

Nous avons pris la demi-pension et rajouté deux nuits sur le parcours, une à Utrecht et une à Maastricht pour avoir plus de temps pour visiter ces deux villes. Nous avons fait le choix de prendre des vélos à assistance électrique car nous avions un peu peur d’être fatiguées sur les grosses étapes du parcours. Les Pays-Bas sont un pays plat, mais le vent est parfois assez fort et nous avons été contente d’avoir l’aide de la batterie électrique dans ces moments là. Surtout qu’en plus nous avons fait une bonne partie de notre voyage en pleine canicule avec plus de 35 degrés… Nous avons donc été bien soulagées de pouvoir épargner nos mollets sous une chaleur écrasante. C’est parti pour dix jours de voyage au pays des canaux, des moulins à vent et de Vincent Van Gogh.

Départ du voyage à vélo: Amsterdam

Ce n’est plus la peine de présenter la capitale des Pays-Bas. Amsterdam, ses canaux romantiques, ses cafés conviviaux et ses maisons à pignons. En fait, nous n’y avons pas passé beaucoup de temps. Nous sommes arrivées en milieu d’après-midi et notre voyage à vélo débutait le lendemain matin. Deux raisons à cela: en période à risque pour le coronavirus, nous n’avions pas très envie de passer du temps dans une grande ville, et j’étais déjà venue visiter Amsterdam il y a quelques années.

Nous avons donc surtout flâné le long des canaux. Nous avons malgré tout inscrit au programme une visite qui nous tenait particulièrement à cœur: le musée Van Gogh. C’est là qu’est exposée la plus importante collection au monde de tableaux de l’artiste néerlandais. Notre voyage à vélo à travers les Pays-Bas allait nous conduire sur des lieux de vie et d’inspiration de Van Gogh, donc nous avons voulu préparer le terrain en quelque sorte! Le musée présente un panorama complet de son œuvre, depuis ses débuts en Belgique, sa période sombre dans la campagne néerlandaise, puis ses paysages colorés peints à Arles et à Auvers-sur-Oise avant sa mort en 1890. En période de covid, la réservation en ligne est obligatoire, mais de toutes manières, c’est le musée le plus visité d’Amsterdam, alors pour éviter les longues heures d’attente, mieux vaut réserver dans tous les cas: le site du Musée Van Gogh.

Première étape: d’Amsterdam à Utrecht

Les premiers coups de pédale à Amsterdam impressionnent un peu. C’est tout un nouveau code de la route à apprendre et de nouveaux réflexes à enregistrer. Il y a quasiment partout des pistes cyclables, mais il faut réussir à s’intégrer dans le flux de la circulation des cyclistes qui est assez dense. Sous une météo mitigée avec beaucoup de grisaille et quelques gouttes de pluie, nous avalons nos premiers soixante kilomètres (en fait 70 avec quelques détours qu’on a fait le matin pour sillonner Amsterdam).

La rivière Vecht entre Amsterdam et Utrecht

Nous pédalons le long de la rivière Vecht, avec la traversée de jolis villages comme Loenen et Breukelen, qui a d’ailleurs donné son nom au quartier de Brooklyn à New-York. En fin d’après-midi, fourbues et trempées par la pluie qui s’est invitée sur le trajet, nous atteignons notre première étape: Utrecht.

Une journée pour visiter Utrecht

Désireuses d’avoir suffisamment de temps pour visiter Utrecht, nous avons choisi d’y dormir deux nuits. Et on a bien fait, car après notre premier jour de vélo, on a eu besoin d’une longue nuit de dix heures de sommeil pour récupérer! J’ai eu un vrai coup de cœur pour cette ville, avec ses jolis canaux et son atmosphère dynamique. Allez lire mon article sur que faire et que voir à Utrecht, une bonne idée de city-trip aux Pays-Bas, avec beaucoup moins de touristes qu’à Amsterdam.

Deuxième étape: d’Utrecht à Bois-le-Duc

Passage à vélo devant le moulin de Waardenburg

Sur cette deuxième étape, les moulins à vent ponctuent notre voyage. C’est vraiment la carte postale typique des Pays-Bas. On en compte plus de 1000 dans tout le pays. Ils ont eu beaucoup de fonctions, comme notamment le drainage des polders pour pomper l’eau derrière les digues afin de pouvoir cultiver la terre sur ce pays dont une bonne partie est en-dessous du niveau de la mer. Ils ont également eu un usage industriel pour permettre la construction des bateaux de la Compagnie des Indes qui fut une des entreprises de commerce les plus puissantes de son époque. Entre Utrecht et Bois-le-Duc, si vous voulez faire une jolie photo de moulin, ne manquez pas celui de Waardenburg. En bordure de la piste cyclable, il est très photogénique!

Nous traversons la campagne néerlandaise, très verte, baignée sur cette partie du parcours par le delta du Rhin. Subtilité géographique aux Pays-Bas: le Rhin ne porte plus son nom car il se divise en trois bras différents, la Lek, la Linge et le Waal. Inutile donc de chercher le Rhin sur la carte, vous ne le trouverez pas… Nous empruntons un bac pour traverser la Lek car à cet endroit il n’y a pas de pont. Pause appréciable sur le parcours…

Après 70km, la plus longue étape du voyage à vélo entre Amsterdam et Maastricht, nous arrivons enfin à Bois-le-Duc. En néerlandais, le nom de la ville c’est ‘s-Hertogenbosch, mais en pratique on la surnomme Den Bosch, ce qui signifie le bois.

Chef lieu du Brabant-Septentrional, c’est une jolie ville avec un centre historique très agréable. Sa cathédrale, St-Janskathedraal est l’une des plus belles des Pays-Bas. Curiosité insolite: un des anges qui orne la façade tient dans sa main un téléphone portable… Il faut une bonne vue pour le trouver car il est assez haut! D’ailleurs il a même un numéro: une ligne directe avec le paradis…

Nous n’avons pas eu le temps d’y aller, mais il y a également un musée qui mérite le détour à Bois-le-Duc: le Noordbrabants Museum, qui abrite une collection d’œuvres de Van Gogh et retrace les origines de l’artiste qui est né dans le Brabant, à Zundert.

Troisième étape: de Bois-le-Duc à Nuenen, le village de Van Gogh

La troisième étape de notre voyage à vélo à travers les Pays-Bas s’inscrit sur les traces de Vincent Van Gogh. L’artiste néerlandais cherchait encore sa voie lorsqu’en 1883, il vient vivre deux ans chez ses parents dans la campagne néerlandaise à Nuenen. Auparavant il a tenté une carrière de marchand d’Art en Belgique et en France, mais c’est un échec. C’est à Nuenen que va s’imposer sa vocation d’artiste. Inspiré par la vie des paysans au travail, c’est là qu’il va peindre un quart de son œuvre, dont un de ses tableaux les plus célèbres “Les mangeurs de pommes de terre” (exposé au musée Van Gogh d’Amsterdam). Nous empruntons une partie de la piste cyclable “Route de Van Gogh” qui suit les lieux de vie de l’artiste et les paysages qui l’ont inspiré.

Un joli moulin à l’entrée du village de Nuenen

Le village de Nuenen, situé à quelques kilomètres d’Eindhoven s’est tout entier tourné dans la mise en valeur de l’héritage du célèbre peintre. C’est une étape incontournable pour qui souhaite voyager sur les traces de Van Gogh aux Pays-Bas. Installé dans l’ancienne mairie, un musée multimédia baptisé le Vincentre raconte la vie du peintre, ses relations avec ses proches et les œuvres qu’il a peintes à Nuenen, 189 tableaux au total en deux ans.

Dans le village, un parcours de 21 sites permet de découvrir les lieux de vie du peintre et les lieux qu’il a peints. En plein centre, on peut voir une statue de Van Gogh en taille réelle et une sculpture représentant les mangeurs de pomme de terre.

Un peu plus loin, on passe devant la petite église qui a inspiré Van Gogh pour son tableau “Sortie de l’église réformée de Nuenen”. C’est là que son père officiait comme pasteur.

Quatrième étape: de Nuenen à Weert

Le démarrage de notre quatrième étape est encore sur les traces de Van Gogh. A la sortie de Nuenen en direction du sud, nous passons sur la route cyclable Van Gogh Roosegaarde. C’est une piste réalisée par une artiste, Daan Roosegaarde, qui s’est inspirée du tableau “La Nuit étoilée”: à la nuit tombée, elle s’illumine de mille couleurs. Puis nous passons devant le moulin à eau d’Opwetten, qui a été peint par Van Gogh avec la toile “Le moulin à eau de Kollen près de Nuenen”.

Après l’héritage de Van Gogh, le point fort de cette journée de vélo, c’est la traversée de la réserve naturelle de Strabrechte Heide. Pendant l’été, elle se couvre de bruyères en fleurs d’une jolie teinte violette.

On y chemine le long de pistes un peu sablonneuses sur lesquelles il n’est pas toujours facile de pédaler, mais le panorama est sublime. Le trajet est ponctué de lacs dans lesquels on peut se baigner et nous n’avons pas hésité à y piquer une tête! Une pause bien rafraichissante lors de cette journée caniculaire.

Sur cette étape de vélo, prévoyez d’avoir un pique-nique avec vous! Jusqu’à présent, nous nous arrêtions à chaque fois dans de petits restaurants en bord de route pour déjeuner, mais ce jour-là, en pleine nature, nous avons du attendre le milieu d’après-midi pour trouver un endroit pour manger. En plus les bords des lacs sont idéal pour s’arrêter pique-niquer.

Un joli moulin blanc nous accueille à l’arrivée à Weert, notre avant-dernière étape avant Maastricht. Le centre-ville est mignon, mais fatiguées par la chaleur et nos 70km de vélo, on en profite peu… Normalement l’étape du jour faisait 60km, mais nous nous sommes trompées et on a du pédaler 10km supplémentaires!

Cinquième étape: de Weert à Maaseik

Les Pays-Bas sont un pays très agricole. La plupart du temps sur notre trajet, nous longeons des champs et des exploitations, avec parfois, des rencontres animalières sympathiques.

Un des plus grands fou-rires de notre voyage à vélo à travers les Pays-Bas, on le doit à un troupeau de chevaux croisés sur une petite route entre Weert et Maaseik. Sans crier gare, ils sont venus à notre rencontre. Pas farouches du tout, ils étaient assez intrigués par nos vélos et curieux de découvrir le contenu de nos sacoches. SI vous aimez les vidéos avec les animaux, allez voir le résultat sur mes stories instagram: tout ce voyage est archivé dans les highlights.

Sinon, la jolie étape du jour, c’est le village de Thorn, avec ses maisons blanches. Nous nous y sommes arrêtées pour déjeuner sous une chaleur torride. En fin de journée, nous arrivons à notre halte du soir: Maaseik, sur les bords de la Meuse. Nous sommes passées en Belgique, sans même nous en rendre compte, car nous n’avons pas vu de panneau frontière.

Maaseik est la ville natale des peintres flamands Hubert et Jan van Eyck, un duo d’artistes du XIVe-XVe siècle dont on connait en fait très peu de choses. Une statue en leur mémoire est érigée sur la Grand-Place. Leur tableau le plus célèbre, “L’adoration de l’agneau mystique”, est exposé à Gand, à la cathédrale Saint-Bavon.

Sixième (et dernière) étape: de Maaseik à Maastricht

Notre dernière étape de vélo aux Pays-Bas est rythmée par les méandres de la Meuse. En néerlandais, son nom est la “Maas”, d’où le nom de Maaseik et de Maastricht, qui bordent toutes les deux la rivière. Après trois jours de canicule, nous avons droit à de la pluie et des orages, alors on pédale vite pour terminer les 45km qui nous séparent de l’arrivée de notre voyage.

Nous sommes dimanche et c’est un jour un peu spécial sur les routes néerlandaises. Les passionnés de cyclisme, et ils sont légion aux Pays-Bas, en profitent pour faire des sorties sportives! Alors attention, car quand ils roulent en peloton, ça va très vite! Gare à bien maintenir sa trajectoire et à redoubler de vigilance au guidon!

Et après 362km depuis Amsterdam et une semaine de voyage, nous arrivons enfin à Maastricht! C’est l’heure de rendre nos vélos et nous posons nos affaires pour découvrir la ville pendant deux jours. On les aurait bien gardés d’ailleurs pour rentrer jusqu’à Paris, mais c’est ici que s’achève le voyage.

Deux jours pour visiter Maastricht

De Maastricht, je n’avais aucune idée précise en tête, mise à part bien sûr le Traité de 1992, qui a posé les bases de l’Union européenne et de la monnaie unique. Avec surprise, nous découvrons une ville très agréable, avec un beau patrimoine historique et culturel. Et surtout, nous en profitons pour nous faire plaisir en testant plein de bonnes adresses, que ce soit pour déjeuner en bord de Meuse, dîner dans un restaurant traditionnel ou boire un verre sur un rooftop bar… A lire aussi: 10 bonnes raisons de visiter Maastricht.

Vacances à vélo aux Pays-Bas: retour d’expérience

Je l’ai déjà dit en introduction, et je peux le redire ici. Je pense vraiment que les Pays-Bas sont un pays idéal pour faire un voyage à vélo. Les infrastructures routières sont complètement conçues pour les déplacements à vélo et les automobilistes comme les piétons adaptent leur comportement en conséquence.

A aucun moment sur le parcours nous ne nous sommes senties en danger sur la route. Les rond-points sont spécialement aménagés pour le passage des vélos et les automobilistes vérifient leur angle mort avant de tourner. Une fois nous avons longé une autoroute sur un viaduc et la route pour les vélos était bien séparée, en toute sécurité.

Code de la route pour les cyclistes fourni par Dutch Biketours

La seule difficulté pour un étranger qui vient faire du vélo aux Pays-Bas c’est qu’il faut s’habituer à partager la route avec des cyclistes qui sont assez nombreux, surtout dans des grandes villes comme Amsterdam. Il faut donc, avant de partir, faire l’effort d’apprendre le code de la route pour les cyclistes. Les panneaux sont en néerlandais, donc il faut se familiariser également avec le vocabulaire: “fiets” signifie “vélo”, “fietspad” veut dire “piste cyclable” et “fietsers uitgezonderd” “excepté cyclistes”. Certaines pistes cyclables sont autorisées aux scooters, donc il faut anticiper ça dans la conduite. La nuit, les feux sont obligatoires sur les vélos et le téléphone n’est pas autorisé en pédalant: attention aux contraventions!

Quel équipement prévoir pour un voyage à vélo

Si vous partez avec une agence comme Dutch Biketours, vous n’aurez pas besoin de beaucoup d’équipement supplémentaire. Par contre, il faut savoir que mise à part les sacoches et le matériel pour réparer une roue ou regonfler un pneu, tout est en option avec supplément. Si vous avez un casque de vélo, prenez le votre, vous serez sûr qu’il sera bien ajusté. Le casque n’est pas obligatoire à vélo aux Pays-Bas, mais c’est tout de même mieux d’en avoir un, d’autant plus que cela protège également la tête du soleil et de la pluie.

Concernant les vêtements, prévoyez un poncho de pluie de couleur vive pour être bien visible et un pull type laine polaire s’il y a du vent. D’une manière générale, à vélo, mieux vaut privilégier des affaires bien flashy, surtout pour le haut du corps. En bas, privilégiez le confort pour être à l’aise pour pédaler. J’avais hésité à partir avec une culotte cycliste rembourrée, mais au final les vélos fournis par l’agence étaient très confortables et je n’ai jamais eu mal aux fesses. A voir: équipement pour cycliste, tenues et accessoires.

Pour le guidage, vous pouvez prendre le GPS en option, mais pour ma part j’ai utilisé mon iphone en téléchargeant les traces fournies par Dutch Biketours sur l’application Pocket Earth. Il faut juste bien penser à prévoir un support de téléphone pour vélo (étanche c’est mieux en cas de pluie). Par contre, attention, la fonction gps sur le téléphone consomme beaucoup de batterie, donc il faut avoir aussi une batterie externe pour le recharger dans la journée. En plus, vous pouvez prévoir une montre GPS qui garde en mémoire tout le parcours et donne plein d’informations sur l’effort physique réalisé, la vitesse moyenne, le rythme cardiaque…

C’est toujours utile aussi d’avoir une carte routière à l’ancienne en papier, au cas où on se retrouve en rade de batterie ou dans une zone sans réseau. En plus, cela permet de mieux visualiser l’itinéraire: carte Michelin des Pays-Bas.

Vous trouverez une sélection complète d’accessoires pour un voyage à vélo sur ce site internet.

Voyage aux Pays-Bas: carnet pratique

Y aller: le meilleur moyen de transport pour aller aux Pays-Bas, c’est le train! Vous pouvez réserver vos billets sur Thalys. Pour ce voyage, nous avons fait Paris-Amsterdam à l’aller. Au retour, nous avons pris un premier train pour aller à Liège en Belgique, puis le Thalys pour faire Liège-Paris. Si vous avez votre propre vélo, vous pouvez le mettre à bord du Thalys à condition qu’il soit démonté et rangé dans une housse qui n’excède pas 135 x 85 x 30 cm.

Informations touristiques: vous avez plein d’informations sur le site de l’office du tourisme des Pays-Bas, très utile pour préparer votre voyage. Concernant le guide papier, je suis partie avec le Michelin Pays-Bas et il est très complet.

Cartes de paiement: attention, des fois les cartes bancaires françaises ne fonctionnent pas dans certains commerces ou restaurants aux Pays-Bas. Ayez toujours une réserve d’argent liquide sur vous au cas où.

Voyage en période de coronavirus: avec l’épidémie en cours, il faut bien se renseigner avant de partir en voyage et de franchir une frontière. Les règles évoluent vite, donc la meilleure chose à faire c’est de consulter le site des informations officielles du gouvernement. Lors de notre voyage, le port du masque n’était pas obligatoire, mais cela peut changer. En tout cas, il fallait réserver à l’avance pour les entrées dans les musées et pour les repas au restaurant (sauf les repas rapides du midi).

pub

Voyage réalisé en partenariat avec l’Office Néerlandais du Tourisme et Dutch Biketours. Je n’en reste pas moins libre du contenu et des opinions de cet article.

10 bonnes raisons d'aller à Maastricht, la ville la plus européenne des Pays-Bas
Que faire, que voir à Utrecht, ville coup de cœur aux Pays-Bas

5 commentaires pour “Voyage à vélo aux Pays-Bas d’Amsterdam jusqu’à Maastricht”


    • Sarah

      Répondre

      oui c’est top de ne pas trimballer ses affaires la journée! en plus on peut garer ses vélos et visiter des sites en chemin sans avoir peur de se faire voler le contenu des sacoches!


  1. Marco

    Répondre

    Bravo très beau blog et merci de partager vos expériences. Avec un ami, nous envisageons de faire exactement le même parcours, cependant à l’inverse, Maastricht-Amsterdam. Déposer notre voiture à Maastricht et pédaler jusqu’à Amsterdam. Pensez-vous que les conditions météo en septembre sont bonnes? Quid de la pluie? Nous pensions prendre nos propre vélos avec chacun un sac-à-dos avec le minimum vital (pyjama, brosse-à-dents etc). Mon ami dispose d’un vélo de course et moi d’un vtt 29 pouces. Les pistes sont-elles sur tout le tracé praticables avec des pneus fins? Peut-on faire appel à l’agence spécialisés uniquement pour le relais des baggages? Quid du budget approximatif? Je vois que vous avez séjourné à l’hôtel principalement, mais savez-vous s’il y a d’autres moyens de dormir sur le parcours (B&B etc)? D0autres conseils, astuces? 🙂 Merci pour vos retours.


    • Sarah

      Répondre

      Bonjour Marco, merci pour votre message! Difficile de se prononcer à l’avance sur les conditions météo 😉 mieux vaut s’équiper en prévision en tout cas… Si vous gardez vos bagages avec vous, prévoyez bien une housse de pluie pour protéger vos affaires. Pour les pistes, oui elles sont très bien pratiquables. Le seul passage un peu galère c’est quand on a traversé la réserve de Strabrechte Heide, avec des pistes un peu sablonneuses, mais ce n’était pas très long. Je ne sais pas d’ailleurs si c’est sur le trajet de la LF7, car le parcours proposé par l’agence comportait des diversions par rapport à ce trajet. Je crois que l’agence Dutch Bike tours ne propose le service bagage que si vous prenez les réservations d’hotels aussi. mais peut être pouvez vous leur poser la question directement sur leur site internet? sinon sur internet vous trouverez peut être des compagnies de taxi qui assurent ce service. mais si vous voyagez léger, peut être pouvez vous garder vos bagages avec vous, ce sera plus économique. il y a bcp d’offres d’hébergement aux pays-bas. regardez sur airbnb ou booking dans les villes étapes et vous aurez pas mal de choix. faites attention à vos vélo en tout cas, il ya beaucoup de vols aux pays-bas, donc ne les laissez jamais non attachés. Bon voyage en tout cas!



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge