Mes Tops

-La montée des marches sous les spot lights, sept fois au total!!

Ah, l’impression d’être une Hollywood star, vraiment trop fort.  Soit sept projections, pour un total de huit cartons…:

-« Jusqu’en enfer » de Sam Raimi,

-« A l’origine » de Xavier Giannoli (j’ai vu le film mais j’ai pas monté les marches car suis rentrée par la sortie…),

-« Le Ruban Blanc » de Michael Haneke (Palme d’Or),

-« Panique au village », un film d’animation,

-« The imaginarium of Doctor Parnassus », de Terry Gilliam,

-« The time that remains », d’Elia Suleiman,

-« Map of the sounds of Tokyo » d’Isabel Coixet,

-« Coco Chanel et Igor Stravinsky » de Jan Kounen (là j’ai monté les marches, mais j’ai pas vu le film, car il fallait que je me grouille pour filer à la soirée de clôture au
Majestic…)

-Ah, si, y a un neuvième carton, mais c’est pour la retransmission de la cérémonie de clôture, dans une salle annexe…

-Les soirées, les soirées, les soirées…

Bon, j’ai pas fait un article en tant que tel dessus. J’aurais peut-être dû… Parmi les meilleurs endroits:

-La Villa Murano: superbe villa en bord de mer, des voitures-navettes qui nous déposent et nous ramènent gratos, cocktails vodka en open bar, champagne et chocolats à volonté dans le corner VIP.
Chic et classe.

-La plage du Majestic: un peu dur d’y rentrer, car il faut absolument un carton d’invitation. Mais, en gros, c’est la même stratégie qu’en bas des marches. « Vous auriez pas un carton en plus? » « Vous auriez pas un carton en plus ? »… et hop, en 15-20 minutes, emballé c’est pesé: vin, champagne et alcools en tous genre à volonté… Un cadre magnifique, mais
attention aux talons hauts sur les planches du ponton en bois. Pas mal d’accidents de parcours… Le hic: faut arriver pas trop tard pour avoir encore quelquechose à grignoter au buffet…

-Le Chacha: alors pour rentrer, il faut plaire au videur, ça passe ou ça casse… Déco sympa. Sur la plage également. Aménagé comme un appartement, avec salon, chambre à coucher (avec un vrai lit où on peut se reposer à plusieurs), salle de bain (avec baignoire, mais y a pas d’eau pour prendre un bain…)…

-Le Baron/3,14: idéal pour la deuxième partie de nuit, de 3/4h à 5/6h, car les autres endroits, genre Majestic ou villa Murano ferment tôt, vers 3h/3h30. Déco sympa aussi. Un grand lit également pour se reposer ou papoter. Des toilettes super design tout en argent-pailleté-brillant. C’est la boîte la plus people, mais le gros hic, c’est qu’il y a aucun alcool gratos… Heureusement, y a les Vitamin Waters en open-bar, ce qui permet au moins de se désaltérer à l’oeil, et aussi de reprendre des forces au petit matin pour enchaîner sur les after, en troisième partie de nuit…

-Mes deux films préférés:

-“Map of the sounds of Tokyo”, avec Sergi Lopez. Très beau film tourné au Japon, belle histoire, la bonne surprise de la fin du festival, mais je suis peut-être pas très objective, car j’adore les films japonais

-“Drag me to Hell”/”Jusqu’en enfer”, de Sam Raimi. Pourtant, d’habitude, je suis pas très fan des films d’horreur, mais celui-là est vraiment jubilatoire. A hurler de peur et de rire en même temps. Et en plus, très bien construit.

Mes Flops

-Mon plantage pour la cérémonie de clôture. Et surtout cette connasse égoïste rentrée sous mon nez avec deux billets pour elle toute-seule.

-Avoir raté un super « after champagne-croissants on the beach » une nuit où j’étais fatiguée et suis allée me coucher « tôt », à 5h30 du mat’. Vraiment dégoutée.

-Avoir loupé les « gros films people » genre le Tarentino (Inglorious Basterds), l’Almodovar (Etreintes brisées) ou le Ken Loach (Looking for Eric), tous projetés avant mon arrivée à
Cannes. La prochaine fois, j’essaierai de venir pour tout le festival.

-M’être retrouvée cantonnée dans une salle de projection annexe pour « The Imaginarium of doctor Parnassus ».

Là encore une recherche d’invit difficile. C’était le premier film du soir, le vendredi 22 mai, à 19h30. Avec à l’affiche Johnny Depp, Jude Law, et le regrété Heath Ledger, décédé pendant le tournage… La foire d’empoigne au bas des marches. Pas moyen de trouver un fichu carton bleu. J’ai tout de même dégoté un carton marron (beaucoup plus nombreux que les bleus…), mais pour rentrer avec un marron, il faut avoir un badge d’accréditation avec photo. Ce que je n’avais pas bien entendu. Ayant pitié de ma grande détresse, une sympathique nana a accepté de me prêter son badge pour que je puisse rentrer. Photo pas hyper ressemblante, une brune aux cheveux noirs et raides, coupe au carré… Mais bon, c’est passé comme une lettre à la poste. Sauf qu’arrivée devant l’entrée de la salle Lumière, portes closes: la salle était pleine (à Cannes aussi ils font du sur-booking…), et pas moyen de négocier cette fois-ci pour rentrer discrètement avec un ou deux sourires… Du coup, direction la salle Bazin, à côté. Et dans la salle Bazin, en gros, c’est comme si on était à l’UGC-Ciné-Cité… “Petite” salle, pas d’ambiance, pas de star, pas grand intérêt… Mais au moins, j’ai vu le film…bof bof d’ailleurs…

-Mal aux pieds à force de piétiner pendant des heures pour trouver des invit pour les projections, trouver des cartons pour les soirées… Pfff, c’est pas toujours facile la vie à Cannes.

-Et le pire du pire: ne pas avoir monté les marches avec Georges Clooney…

Roland-Garros: demi-finales sans Rafael Nadal et sans billet
Festival de Cannes: chou blanc pour la cérémonie de clôture

4 commentaires pour “Festival de Cannes: mes tops et mes flops”


  1. AUGIZEAU

    Répondre

    Bonjour
    Je vais a Cannes pour le Festival du 21-24 mai. J’y suis allé il y a 2 ans et j’ai vraiment adoré ça (je suis cinéphile)
    J’aimerais juste que tu me donnes des tuyaux pour profiter pleinement du Festival (entrer dans le hall du Martinez par exemple)
    J’adore faire le paparazzi (je n’aurais jamais penser dire cela un jour)
    Merci d’avance pour ta réponse
    Coridalement


    • Sarah

      Répondre

      pour moi, pour profiter le mieux du festival, il faut aller voir les films dans la salle Lumière lors de leur présentation officielle avec la montée des marches. Pour cela, il faut rejoindre le bataillon des “sans invitations” qui en cherchent devant le palais. pour cela, mieux vaut arriver une heure avant. sachant que c’est beaucoup plus facile d’obtenir une invitation pour les films qui passent à 22h que pour ceux de 19h… c’est sympa quand même de pouvoir faire la montée des marches devant les caméras et d’assister ensuite à la projection. après, pour rentrer dans le hall des grands hôtels, je ne sais pas trop, je n’y vais pas trop… mise à part s’il y a une soirée. et là, c’est la technique habituelle, soit je me faufile discrètement ni vu ni connu, soit je demande si je peux rentrer aux vigiles. sinon, y’a une technique qui marche pas mal aussi. à la sortie des projections en salle lumière, il faut suivre l’équille du film comme si on faisait partie de l’équipe, et comme ça on rentrer partout avec eux… Bon Festival en tout cas!


Trackbacks/Pingbacks

  1.  De l'Amazonie au Sambodromo... Top 14 de mes voyages 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

CommentLuv badge