Et après la fin du Festival de Cannes, qu’est-ce qu’il y a ??? Ben y a Roland-Garros… Ahh, fin mai /début juin, quelle belle période de l’année… Bon, à mon grand désespoir Nadal (mon chouchou toutes catégories…) s’est fait sortir en huitième. Moi qui rêvais d’admirer de près ses beaux bras musclés, c’est raté. Va falloir se rabattre sur ceux de Federer…

Vendredi 5 juin: objectif demi-finales messieurs. Premier round: Robin Söderling (Suède)-Fernando Gonzalez (Chili). Deuxième round: Roger Federer (Suisse)-Juan Martin Del Potro (Argentine). Je retrouve porte d’Auteuil la fine équipe des chasseuses d’invit à Cannes, Emily et Nat. En gros, le défi du jour, c’est de trouver trois billets gratuits… Hicchhhh… Prix moyen d’un billet à la revente au black: 250 euros… Alors pour trouver gratuit, là, c’est un peu chaud… Je rode un peu du côté de l’entrée des loges. Y a des dizaines de revendeurs qui assaillent tout le monde, du coup j’ose à peine sortir ma traditionnelle pancarte du « cherche billet gratos en échange d’un sourire »… Emily trouve tout de même gratos un ticket qui donne accès aux courts annexes, où se déroulent les matchs vétérans, double, handisport… Du coup, avec Nat, on décide d’acheter chacune un ticket annexe à 15 euros. L’idée c’est de pouvoir ainsi rentrer dans l’enceinte de Roland-Garros. Et après, une fois qu’on est dedans, on se dit qu’on arrivera bien à se faufiler ni vues ni connues sur le court central. En fait, aujourd’hui, c’est Emily qui dicte la stratégie à suivre. C’est une grande habituée de Roland. Tous les ans elle vient voir les demi-finales et finales, pour admirer le beau Rafael… Elle aussi devra se contenter de Roger cette fois-ci…

Bon, ça y est, on est dans l’enceinte de Roland. 15 euros c’est quand même acceptable comme tarif. Reste plus qu’à trouver un moyen de rentrer sur le central. La première demi-finale a déjà démarré. Moi, je me dis qu’on n’arrivera jamais à rentrer à trois en même temps, du coup je laisse les filles devant l’écran géant à côté du court, et pars faire un petit tour de reconnaissance en solo. « Bonjour, euhh… c’est possible de se faufiler discrètement pour voir le match ? » Sans complexe, et avec le sourire, je demande tout simplement aux mecs qui vérifient les billets si y a moyen d’entrer. Des fois, le culot, ça paie… Mais là, pas trop. Me donnent tout de même un bon tuyau: ce qu’il faut, c’est attendre que des gens ressortent, et s’ils n’ont pas l’intention de revenir, leur demander leur billet. Mais bon, le match a commencé y a pas longtemps, il fait beau, Federer est à l’affiche tout à l’heure… ça veut dire qu’il va falloir attendre encore un peu avant de jouer cette carte là.

Je termine mon petit tour du central et reviens au point de départ. Mais Nat et Emily ont disparu. Coup de téléphone. « Mais vous êtes où??? » « Ca y est on est rentrées!!! On est
installées sur le central!!! » « Hein??? Quoi??? Mais comment vous avez fait??? » Alors là je suis verte cramoisie… Bon, c’est vrai, j’ai qu’à m’en prendre qu’à moi-même, j’étais
partie faire mon tour pour me la jouer un peu perso, et là, bing, elles m’ont même pas attendue, elles sont rentrées sans moi…Whooiiiinn… Et je me retrouve toute seule dehors. Toujours au téléphone. « Vous êtes rentrées par où ??? » « On a profité qu’un groupe passait à l’entrée et on s’est faufilées, personne nous a demandé notre billet ». « Ah bon, mais à quelle entrée ? C’est quelle porte ? Où ça ? Où ça ?? ». Toujours au téléphone, je m’avance vers l’entrée en question. Profite d’un petit groupe qui passe, l’air sûre de moi, portable collé à l’oreille, billet pour l’annexe en main, mais plié en deux car la couleur est pas la même que pour le central. Et… et bien je passe comme une lettre à la poste… Personne ne me demande mon billet… Mais pas encore sur le central. Le match est en cours, et du coup, il faut attendre, dans le couloir d’accès, une interruption pour pouvoir rentrer. Alors là, je stresse un peu. Y a plein d’hôtesses devant et je sais pas du tout si elles font un deuxième contrôle billet. Et le jeu qui n’en finit pas… J’essaye de regarder tranquillement le match sur l’écran de télé genre l’air de rien… Dans ce genre de situations, faut surtout pas avoir l’air du lapin effarouché qui écarquille grand les yeux.


Pause. Ca y est, le match s’interrompt, les hôtesses laissent rentrer le groupe d’une vingtaine de personnes dont je fais partie, sans re-contrôler les billets… Et tranquillement, je rejoins Emily et Nat qui m’ont même gardé une place à côté d’elles. Ouahhh,
impressionnant le court central. Et on est super bien placées, en bas, genre à 10m du terrain, juste à côté des loges. Youpih, ça y est, on y est! Vict… Euh, ne nous réjouissons pas trop vite quand même. Tous nos voisins ont des bracelets roses au poignet, et nous que dalle… Et d’ailleurs, l’euphorie est de courte durée. A l’interruption suivante du match, une hôtesse vient nous chercher des noises. On a pris les places d’autres personnes qui viennent d’arriver, et en gros, il faut qu’on déguerpisse sur le champ. On explique que nos places sont plus haut, mais que comme celles-ci étaient libres, on s’est installées là… Et on se dépêche de filer, inquiètes à l’idée qu’une hotesse vienne nous demander nos billets pour nous conduire à nos « vrais » sièges… « Reprise ». L’arbitre sonne la fin de la pause, mais nous, on vient tout juste de se lever. Et nous voilà en train d’essayer de nous faufiler discrètement dans les travées pour trouver où s’asseoir… Et l’arbitre de perdre patience « Prenez place s’il vous plait, prenez place… » Bah voilà, alors là, en gros, y a tout le central qui nous regarde parce qu’on est les spectatrices mal élevées qui empêchent le match de reprendre. Super pour la discrétion… On pouvait pas rêver pire… Du coup on s’asseoit sur les premiers sièges libres qu’on trouve, dans les loges. Ouf, deux jeux de répit, jusqu’à la prochaine interruption de match… Renseignement pris auprès de nos voisins improvisés: ils attendent d’autres personnes, donc il faut qu’on cherche des places ailleurs. Dur dur d’être spectatrices clandestines. Pause. Ca y est, on a à nouveau le droit de circuler. Mais y a pas un moment où une hotesse va se rendre compte de notre petit manège hyper pas discret?? Ben non. Et le coup d’après, chance. J’atterris dans une loge où les trois mecs me disent qu’ils n’attendent personne et que je peux rester là jusqu’à la fin des matchs. Emily et Nat ont elles aussi trouvé deux places, juste deux loges plus loin.
Et voilà, maintenant on peut profiter royalement de notre coup de maître. Réussir à se faufiler à trois, sans billet, pour les demi-finales Hommes, et en plus dans les loges… Là, je crois qu’on peut être ultra-fières de nous….Une vraie passoire ce court central… Et en plus deux super beaux matchs, très disputés, les deux en cinq sets… avec la victoire de Söderling pour le premier, et bien entendu de Federer pour le deuxième. Bon, seul inconvénient: une fois qu’on est installées, difficile de ressortir pour aller aux toilettes ou acheter à boire. On est joueuses, mais de là à retenter le coup de se faufiler sans billet, quand même pas. Mais finalement la solution est facile à trouver. Je demande gentiment son billet à mon voisin de loge en lui expliquant que j’ai besoin de sortir pour m’acheter à boire, et que j’ai peur de ne plus pouvoir rentrer après… Voili, voilou…  Comme quoi y a toujours une solution.

Trop plein de billets gratuits pour Martin Solveig à l'Olympia
Festival de Cannes: mes tops et mes flops

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

CommentLuv badge