Jeudi 9 septembre

Dring….Dring… Dring…. La sonnerie du réveil est un vrai supplice ce matin… 5 heures du mat. Mais c’est pour la bonne cause. On a un transsibérien à prendre!! Le soleil n’est pas encore levé sur Nijni-Novgorod. Chargées sous le poids de nos gros sac-à-dos, on se dirige vers la gare un peu au radar. L’arrivée dans le hall nous force à reprendre nos esprits. Les yeux tout embrumés, on doit déchiffrer le tableau d’affichage des trains en cyrillique. Notre destination: Iekaterinburg. 20 heures de train au programme et deux fuseaux horaires à franchir!!

Le train est à l’heure et on s’installe dans notre wagon de 3e classe. Lumières toutes éteintes pour laisser dormir les passagers montés depuis Moscou, on se fraie un chemin jusqu’à nos couchettes. La chance!! On a les deux couchettes du bas, et il n’y a personne au-dessus de nous pour l’instant. Presque comme si on avait notre propre compartiment. Ca n’est pas notre premier trajet dans un train russe puisqu’on a déjà fait l’aller-retour Moscou-St-Petersburg. On sait comment ça marche. La prodvonista (l’hôtesse de wagon) nous apporte nos draps. On range nos bagages dans l’espace prévu à cet effet sous nos couchettes. Puis c’est l’opération faire le lit. Drap de dessous pour le matelas, drap de dessus, taie d’oreiller, couverture… Un vrai lit comme à la maison. Juste le temps d’admirer le magnifique lever du soleil sur la Volga lorsque le train quitte Nijni-Novgorod et on s’endort bercées par le bruit des rails.

Russie 3425

Fin de matinée ou début d’après-midi? Pas très important au final. Il fait grand soleil dans le train quand on ouvre les yeux. Toujours personne au-dessus de nous. On peut donc profiter à plein de l’espace et on s’installe à table pour le petit-déjeuner. On a fait le plein de provisions avant d’embarquer. Thé, tisanes, nouilles en boite déshydratées, gâteaux secs, chocolat, salami, fromage, pain, chips, yaourt à boire… Le truc trop cool dans les trains russes: il y a de l’eau chaude à volonté. Il suffit d’aller remplir sa tasse au samovar (sorte de gros réchaud-réservoir à l’entrée du wagon). Super pratique pour boire thé et tisane toute la journée.

Nos estomacs rassasiés, on profite du bonheur de se laisser vivre tranquillement au rythme du train. Les forêts de bouleaux dorés par l’automne qui arrive défilent aux fenêtres. On essaye de rattraper un peu notre retard sur nos classements photos et vidéos, blog et carnet de bord. Ca fait un mois et demi qu’on a quitté la France et jamais le temps de se poser. L’auto-stop à travers l’Europe, Moscou, St-Petersburg… Ca fait du bien de s’octroyer une journée de pause. Le train est à moitié vide, alors on se dit que les rencontres avec les passagers ça sera pour les autres trajets. Diner léger avec nos nouilles chinoises déshydratées et on se couche tôt. Il faut dire que la nuit sera courte. On arrive à Iekaterinburg à 4 heures du matin heure locale, mais seulement 2 heures du mat pour nous… Il faut faire provision de sommeil pour être en forme demain….

Russie 2984

Vendredi 10 septembre

Réveil encore plus dur que le jour précédent. C’est la prodvonista qui vient nous tirer du lit. Il faut vite se rhabiller, fermer les sacs, et nous voilà hagardes sur le quai de Iekaterinburg.
Objectif immédiat: trouver une salle d’attente où on puisse dormir encore un peu. On reprend le train le soir même à 20h, donc pas d’installation à l’hôtel ou couchsurfing. On parvient à trouver deux rangées de sièges aux accoudoirs cassés pour pouvoir nous allonger. On attache nos sacs pour éviter de se faire voler nos affaires. Il fait un froid de canard dans cette salle d’attente immense remplie de courants d’airs. On s’emmitoufle de tous les vêtements chauds dont on dispose et on tente de trouver le sommeil.

Ai-je dormi? Difficile à dire. A 7 heures du matin une hôtesse de la gare vient nous secouer pour nous demander de nous lever. Il fait jour maintenant et tous les pauvres passagers allongés comme nous sur les sièges sont priés de faire place nette. On va poser nos gros sac-à-dos à la consigne et c’est parti pour une journée sight-seeing à Iekaterinburg.

Russie 2519

Célèbre pour avoir été le cadre de la tragédie des Romanov (le tsar Nicolas II et toute sa famille ont été assassinés en 1918, après la révolution bolchévique de 1917), Iekaterinburg est une ville russe tout ce qu’il y a de plus classique. Ses belles églises orthodoxes aux dômes dorés, son incontournable statue de Lénine, ses grosses barres soviétiques. Il y a aussi un agréable quartier piéton en centre-ville avec des immeubles à taille humaine et une architecture soignée. On tombe d’ailleurs sur une expo-photo à ciel ouvert sur le… camembert!! Moment nostalgie devant les clichés de la verte campagne française et de notre fromage-star.

Russie 2534

L’après-midi, on s’échappe de la ville pour aller visiter le monument qui symbolise la frontière Europe-Asie, située à une poignée de kilomètres de Iekaterinburg. On franchit la ligne blanche sourire aux lèvres: on a quitté l’Europe!! Bienvenue en Asie!!

Russie 2666

Pas de bus pour faire le chemin inverse alors on refait un coup d’auto-stop pour rentrer en ville. 20H et c’est l’heure de reprendre le transsibérien. Direction Omsk, où on doit arriver demain matin. Cette fois-ci, le train est bondé. On a les couchettes du haut, mais on s’assoit sur celles du bas, à côté de nos voisins. Sympathiques et curieux de voir deux étrangères, ils ont envie d’engager la conversation. Heureusement, l’un d’entre eux a quelques notions d’allemand. Pour les autres, c’est russe uniquement. Pas évident pour se comprendre, mais ça ne nous empêche pas de bien rigoler. On sort notre mini-guide de conversation pour mieux communiquer. Un de nos voisins nous offre des bières et du poisson séché. Des tous petits poissons complètement secs.

P1440006

Avec Emily, on se demande bien comment manger ça. Par quel bout ça se décortique?? Fou-rire général devant notre air interrogatif. Notre nouvel ami prend les choses en main et nous fait une démonstration, explications en russe à l’appui, de décorticage de poisson séché. On se sent un peu obligées de goûter, même si ça ne nous dit rien qui vaille. Croquant avec un goût un peu salé, mais pas terrible… Une fois décortiqué, il ne reste pas grand chose à manger heureusement. On a déjà un peu du mal à terminer nos poissons quand un autre russe vient en offrir un autre à Emily… Mais pas un petit poisson séché cette fois-ci, un énorme poisson tout visqueux!! Mais qu’est-ce qu’ils ont tous à nous offrir des poissons?? On a déjà mangé, et ce gros poisson humide et froid ne nous inspire pas davantage que les premiers… Emily le tient du bout des doigts par la queue sans trop savoir quoi en faire. C’est un peu délicat de refuser de la nourriture offerte si gentiment, mais celui-là, on ne se voit vraiment pas le manger… On trouve une échappatoire en le proposant à nos voisins, ravis du cadeau pour leur part. Fin de soirée tranquille à terminer nos bières puis tout le monde file se coucher. Demain matin, on se réveillera en Sibérie!! A suivre: voyage en transsibérien: bienvenue en Sibérie.

Photos Emily et Sarah

La traversée de la Russie en transsibérien: Bienvenue en Sibérie!!
La traversée de la Russie en transsibérien: Prologue

7 commentaires pour “La traversée de la Russie en transsibérien: de l’Europe à l’Asie”




    • Sarah

      Répondre

      ça n’est pas très cher de prendre le transsibérien. De Moscou jusqu’au lac Baikal, ça coute à peu près 150 euros (en 3e classe).


  1. camille mojon

    Répondre

    Merci pour ce joli site très vivant et sérieux. Vous avez fait le tour du monde en déconnant à plein tube, je trouve ça génial, et le site est plein d’informations précises, inspirantes et intéressantes, un très bonne source pour moi qui voulait partir seule en Sibérie. Merci :)!


Trackbacks/Pingbacks

  1.  Voyage en cargo: de la Méditerranée à l'Atlantique, retour en Europe | Le blog de Sarah
  2.  Traversée de la Russie en transsibérien: prologue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge