C’est mon premier coup de cœur culturel de ce début de tour du monde. La découverte de la vie et l’œuvre de Pablo Neruda, poète chilien, Prix Nobel de Littérature, mais aussi homme politique, diplomate, voyageur, bon vivant, collectionneur passionné…

En fait, je croyais l’avoir découvert avec ce poème « Il meurt lentement », qui est souvent attribué à Pablo Neruda, mais c’est une erreur, car il s’agit d’un texte de Martha Medeiros. Quoiqu’il en soit, j’ai adoré l’œuvre de cet auteur, et notamment J’avoue que j’ai vécu, sorte d’autobiographie, passionnante à lire pour qui entreprend un voyage au Chili.

« Il meurt lentement
celui qui ne voyage pas,
celui qui ne lit pas,
celui qui n’écoute pas de musique,
celui qui ne sait pas trouver grâce à ses yeux.

Il meurt lentement
celui qui détruit son amour-propre,
celui qui ne se laisse jamais aider.

Il meurt lentement
celui qui devient esclave de l’habitude
refaisant tous les jours les mêmes chemins,
celui qui ne change jamais de repère,
Ne se risque jamais à changer la couleur de ses vêtements
Ou qui ne parle jamais à un inconnu

Il meurt lentement
celui qui évite la passion
et son tourbillon d’émotions
celles qui redonnent la lumière dans les yeux
et réparent les cœurs blessés

Il meurt lentement
celui qui ne change pas de cap
lorsqu’il est malheureux
au travail ou en amour,
celui qui ne prend pas de risques
pour réaliser ses rêves,
celui qui, pas une seule fois dans sa vie,
n’a fui les conseils sensés.

Vis maintenant !
Risque-toi aujourd’hui !
Agis tout de suite!
Ne te laisse pas mourir lentement !
Ne te prive pas d’être heureux ! »

Un texte qui m’a énormément touchée. Et dans lequel je me reconnais beaucoup à ce tournant de ma vie où j’ai décidé de fuir la routine et la sécurité aliénantes de mon petit confort parisien. Voyager, rencontrer, découvrir… C’est ça qui me fait sentir tellement vivante…

Vue sur la mer pour la maison de Pablo Neruda de la Isla Negra

Vue sur la mer pour la maison de Pablo Neruda de la Isla Negra

Les maisons de Pablo Neruda au Chili

A découvrir absolument lors d’un voyage au Chili: les trois maisons de Pablo Neruda, la Chascona à Santiago, la Sebastiana à Valparaiso et celle de la Isla Negra, à mi-chemin entre Santiago et Valparaiso. Toutes les trois des chefs d’œuvre de créativité, avec des incroyables collections d’objets chinés aux quatre coins du monde. Je vous laisse les découvrir en quelques photos…

La maison de Pablo Neruda à la Isla Negra

La maison de Pablo Neruda à la Isla Negra

La maison de Pablo Neruda à la Isla Negra

La maison de Pablo Neruda à la Isla Negra

La maison de Pablo Neruda à Santiago du Chili, la Chascona

La maison de Pablo Neruda à Santiago du Chili, la Chascona

La maison de Pablo Neruda à Santiago, la Chascona

La maison de Pablo Neruda à Santiago, la Chascona

La maison de Pablo Neruda à Santiago, la Chascona

La maison de Pablo Neruda à Santiago, la Chascona

La croisière s'amuse dans les fjords de Patagonie
Chasse au billet gratuit pour The Killers à Santiago

10 commentaires pour “Sur les traces de Pablo Neruda, de Santiago à Valparaiso”



    • Sarah

      Répondre

      merci miss… j’ai préféré laissé parler le Prix Nobel de littérature plutôt que ma modeste prose… par contre, ça n’est malheureusement qu’une traduction… toi qui a la chance de parler espagnol, tu peux aussi le découvrir dans sa version originale…


  1. RONDEL Mireille (la cousine d'Irigny)

    Répondre

    Quel plaisir de suivre ce voyage avec tes commentaires sur mesures!!!
    J’aime beaucoup le poême de Pablo Neruda que j’ai imprimé…et que je vais relire souvent!
    Bon vent!
    Bises



    • Sarah

      Répondre

      coucou pascal,
      c’est malin, tu as fait une faute dans ton adresse mail… je t’avais envoyé un message en partant de el calafate, qui m’est revenu deux jours plus tard… j’ai finalement bien pris mon bus pour el chalten… là je suis déjà à bariloche, toujours en route vers le nord… très heureuse en tout cas d’avoir fait ta connaissance… et donne moi ta bonne adresse mail…
      bises


  2. julie

    Répondre

    Magnifique texte en effet… Et magnifique démarche! Quel plaisir de suivre tes découvertes en Argentine, en Mongolie, en Afrique du Sud…


  3. Mario

    Répondre

    Ce poème n’est pas de Pablo Neruda…
    Il a été écrit par Martha Madeiros (brésilienne).


Trackbacks/Pingbacks

  1.  10 bonnes raisons d’aller à Barcelone | Le blog de Sarah

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge