Que faire, que voir à Kyoto, l’ancienne capitale impériale du Japon? C’est une ville riche d’un patrimoine si considérable que la tâche d’établir un programme de visite peut sembler ardue. Les chiffres donnent le tournis. On y compte pas moins de 1600 temples bouddhiques, 400 sanctuaires shintoïstes et 17 sites inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco. Un mois entier ne suffirait pas pour visiter les plus beaux sites… Alors comment faire pour visiter Kyoto en trois ou quatre jours, la durée moyenne d’un séjour là-bas? Quels sont les incontournables à ne pas manquer? Voilà les sites que j’ai préféré lors de mon voyage à Kyoto. Il ne faut pas la prendre comme une liste exhaustive… N’hésitez pas à piocher des idées dans d’autres articles et guides touristiques! Sortir des sentiers battus et se perdre dans les temples méconnus de Kyoto, c’est aussi une bonne manière de découvrir la ville.

1/ La gare futuriste de Kyoto

La gare de Kyoto ne figure pas en général parmi les sites incontournables de la ville, mais étant donné que plus de 90% des visiteurs arrivent par là, j’ai eu envie de mettre l’accent dessus. Ce serait dommage d’y passer trop vite, sans prendre le temps d’admirer son architecture futuriste. Kyoto représente dans nos esprits l’esthétique d’un Japon d’un autre temps, mais il ne faut pas oublier que c’est aussi une grande ville moderne, bien en phase avec notre époque.

Inaugurée en 1997, son immense structure de verre et de métal a été imaginée par l’architecte Hiroshi Hara. Si vous n’êtes pas trop encombrés de bagages, allez jeter un œil à la grande terrasse au 15e étage avec une vue panoramique sur toute la ville. C’est aussi dans l’enceinte de la gare que se trouve l’office de tourisme de la ville de Kyoto, pratique pour récupérer des cartes de la ville et des brochures d’information.

Juste à côté, vous ne pouvez pas manquer la Tour de Kyoto, perchée sur l’immeuble du Kyoto Tower Hotel. Avec 131m de haut, c’est un bon point de repère dans le ciel de Kyoto. Pour voir le coucher du soleil, vous pouvez boire un verre au Sky Lounge Ku au 11e étage, ou monter à l’observatoire (payant) au sommet de la tour.

2/ Le quartier traditionnel de Gion

Pour s’immerger dans le Kyoto d’autrefois, avec les vieilles maisons en bois, les salons de thé et les lampions en papier, direction le quartier de Gion, à l’est de la rivière Kamo. C’est l’endroit du Japon où l’on peut voir le plus de geishas et de maikos, les jeunes apprenties geishas. C’est surtout à la nuit tombée qu’elles se faufilent dans les rues en kimono, avec un petit coussin dans le dos. Assimilées à tort à des prostituées, ce sont en fait des artistes, formées à la musique, au chant, à la danse et à l’art du thé.

Les femmes que vous croiserez en tenue traditionnelle la journée sont plutôt des touristes qui s’habillent avec un yukata, un kimono léger, souvent mis à disposition dans les ryokan. C’est un quartier qu’il faut visiter à la fois le jour et le soir, car l’ambiance y est totalement différente.

3/ Kennin-ji, le plus vieux temple zen de Kyoto

En bordure du quartier de Gion, Kennin-ji est un temple bouddhiste zen, fondé au XIIIème siècle par le maître Myoan Eisai. C’est une oasis de sérénité, assez peu fréquenté par les touristes qui préfèrent certainement les temples un peu plus clinquants. C’est un haut lieu de la méditation et c’est là que fût enseignée pour la première fois la doctrine zen.

Avec ses beaux jardins, ses grandes galeries en bois et ses superbes peintures décoratives, cet un endroit qui se prêt bien à une visite méditative. Imprégnez-vous de l’ambiance des lieux, des odeurs et des sons… Observez le contact du bois sous vos pieds (nus ou en chaussettes: il faut se déchausser comme dans tous les temples japonais). Asseyez-vous pour admirer la beauté des jardins. Un moment de quiétude avant de retourner visiter Kyoto.

4/ Ponto-chô, un îlot pittoresque préservé

A l’ouest de la rivière Kamo, Ponto-chô c’est un peu le rival de Gion. On y trouve les mêmes machiya, ces maisons en bois typiques du Japon, mais la vis nocturne est beaucoup plus animée. Sur les bords du canal Takasegawa, de nombreux restaurants avec terrasses ont des allures de guinguette dès l’arrivée des beaux jours. Un superbe îlot pittoresque et préservé en plein cœur de Kyoto.

5/ Le Temple Kiyomizu-dera

Bâti à flanc de colline à l’Est de Kyoto, le Kiyomizu-dera est un des temples les plus populaires de la ville. Mieux vaut être prévenu, il y a foule! Classé au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1994, c’est un grand complexe qui abrite à la fois un temple bouddhique et un sanctuaire shinto.Il fut construit à la fin du VIIIème siècle, et rebâti au XVIIème après un incendie.

Une fois grimpé tous les escaliers qui montent aux différents pavillons, on a une superbe vue sur Kyoto. Kiyomizu-dera signifie “temple de l’eau pure” en japonais. Ce nom vient des eaux de la cascade Otowa sur laquelle le temple a été bâti. Divisée en trois filets d’eau, elle est prise d’assaut par les visiteurs pour la boire au moyen de longs manches et de coupes métalliques (stérilisés aux ultraviolets).

6/ Le quartier de Higashiyama

Higashiyama, c’est le quartier traditionnel qui s’étend aux pieds du Kiyomizu-dera. Il fait bon d’y flâner avant ou après la visite du temple. Les petites rues regorgent de restaurants, salons de thé, antiquaires, ou échopes d’artisanat. Les trois rues à privilégier sont Chawan-zaka, la rue pentue qui mène au temple, et plus en contre-bas, la Ninen-zaka et Sannen-zaka.

7/ Le marché couvert Nishiki

Changement d’ambiance et d’époque avec le marché couvert Nishiki, situé dans la partie moderne de la ville. C’est une longue artère de 400m, parallèle à l’avenue Shijo. Surnommé le “ventre de Kyoto”, il est autant populaire auprès des locaux que des touristes. C’est l’endroit idéal pour découvrir l’incroyable variété des produits alimentaires japonais.

8/ Le château impérial Nijo-jo

Situé en plein centre de Kyoto, le château Nijo-jo fut la résidence du premier shogun de la période Edo, au XVIIème siècle. Il fait également partie de la liste des sites inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco. C’est une très belle visite à faire à Kyoto et ça change des temples.

Derrière d’imposants remparts et fortifications, se trouve un superbe château avec de splendides jardins. Il faut absolument visiter le palais Ninomaru, avec de nombreuses pièces en tatami en enfilade et des cloisons dorées peintes (photos interdites).

9/ Kinkaku-ji: le « pavillon d’or »

Je ne l’ai pas mis en début de liste, mais j’avoue pour moi, c’est le site le plus emblématique de Kyoto. Situé aux pieds des montagnes du nord de la ville, le Kinkaku-ki est un véritable joyau. C’est d’ailleurs l’un des monuments qui accueille le plus grand nombre de visiteur par an au Japon (allez-y tôt le matin si c’est possible).

Quand on arrive devant l’étang avec le temple qui se reflète dans l’eau, l’éblouissement est garanti! L’édifice est petit, mais il est magnifique, sublimé par la nature environnante. Il est malheureusement impossible de visiter l’intérieur, qui n’est pas ouvert au public. Le pavillon a été construit en 1397 par le shogun Ashikaga Yoshimitsu, le Louis XIV japonais, et il devint un temple zen après sa mort, sous l’impulsion de son fils Yoshimochi. Il a plusieurs fois été détruit, mais toujours reconstruit. Il est inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1994.

10/ Ryoan-ji, le jardin de pierres

Situé à 20 minutes à pied du Kinkaku-ji, le Ryoan-ji est un temple bouddhique qui possède un des jardins zen les plus réputés du Japon. C’est l’un des symboles de Kyoto, classé au Patrimoine mondial de l’Unesco. Le jardin de pierres est un espace rectangulaire, long de 30m et large de 10m. Il comprend une quinzaine de rochers disposés sur un lit de gravier gris ratissé tous les jours. C’est un espace où il faut s’adonner à la contemplation. A vrai dire, c’est une visite qui peut surprendre, voire décevoir, les visiteurs qui ne connaissent pas bien la culture japonaise. A la lecture des guides de voyage, on peut s’attendre à un site “un peu plus exceptionnel”, mais souvent au Japon, la beauté réside dans la simplicité et la sobriété. Il faut adopter un autre regard pour apprécier cette visite.

11/ Le sanctuaire Fushimi Inari Taisha

Au sud de Kyoto, le sanctuaire Fushimi Inari est l’un des plus beaux sites de la ville. Avec ses longues successions de torii rouges, les portiques sacrés, il est particulièrement photogénique. Et très populaire auprès des visiteurs forcément… Mieux vaut y aller tôt le matin ou en fin de journée. C’est un site libre d’accès, donc pas d’horaires d’ouverture ou de fermeture.

Le sanctuaire a été bâti au VIIIe siècle par une famille de Coréens, les Hata, en l’honneur de la divinité Inari, liée au riz, et donc plus largement à la richesse et la prospérité. Les torii sont des portails qui symbolisent le passage entre le monde profane et le monde sacré. Les inscriptions qu’on peut lire dessus correspondent aux noms des hommes d’affaires qui les ont financé, sorte d’offrande à Inari pour assurer leur prospérité.

Le site est immense et s’étend sur une promenade de 5km sur la petite montagne Inari (220m de haut). Les torii s’alignent par milliers tout au long de la randonnée qui dure environ 2 heures. Plus on monte, plus on se retrouve au calme loin de la foule et on peut profiter de la beauté des lieux. En chemin, vous verrez des petits sanctuaires, des pierres tombales ainsi que de nombreux renards sculptés en pierre, l’animal messager de la déesse Inari. Il tient dans sa bouche la clef du grenier à riz. Depuis le sommet, la vue sur Kyoto est exceptionnelle. Un très bel endroit pour assister au coucher du soleil.

12/ Le Chemin de la philosophie

Le chemin de la philosophie, Tetsugaku-no-Michi en japonais, est une très jolie promenade le long d’un canal bordé de cerisiers au nord-est de Kyoto. J’y étais au mois de décembre, donc les arbres sont un peu décharnés et le site est nettement moins photogénique. On profite néanmoins sûrement davantage de la tranquillité des lieux, car au printemps il y a beaucoup de monde. Ce chemin de 2km le long d’un canal doit son nom au philosophe Kitaro Nishida (1870-1945) qui se promenait souvent ici pour méditer. Faites étape en chemin faire au temple bouddhiste Eikan-do Zenrin-ji.

13/ Ginkaku-ji: le “pavillon d’argent”

Le Ginkaku-ji se situe au départ (ou à l’arrivée, tout dépend du sens) du chemin de la philosophie. Il a été construit sur le même modèle que le pavillon d’or, mais il ne fût jamais recouvert d’argent. Le shogun Ashikaga Yoshimasa, propriétaire des lieux, rêvait de le recouvrir de ce précieux métal mais il n’a pas pu le réaliser. Son principal attrait est le jardin de pierres qui l’entoure, surnommé “la mer de sable d’argent”. Le cône renversé entouré de sable blanc, qui évoque la forme d’un volcan, symbolise le mont Fuji.

14/ La bambouseraie d’Arashiyama

Située à l’ouest de Kyoto, la bambouseraie d’Arashiyama est un endroit qui dévoile toute sa magie quand elle n’est pas envahie par la foule… J’y suis allée une première fois en pleine journée, et j’ai été assez déçue. J’y suis donc retournée une deuxième fois au lever du soleil, et j’ai adoré. Les bambous sont immenses, avec des cimes qui atteignent plusieurs dizaines de mètres. Le vert intense et le bruissement du vent à travers les arbres procure un intense sentiment d’apaisement (quand on évite la foule bien sûr).

A proximité de la bambouseraie, profitez-en pour visiter les temples Tenryu-ji et Jojakko-ji, ainsi que la maison Okochi sanso, une sompteuse villa avec de superbes jardins.

Carnet pratique pour visiter Kyoto

Où dormir à Kyoto

Se loger à Kyoto n’est pas forcément évident, surtout si vous voyagez en haute saison lors de la floraison des cerisiers ou en plein cœur de l’automne. Pour les petits budgets, je vous invite à lire mon article de sélection d’hôtels pas cher à Kyoto avec quatre super adresses où j’ai dormi lors de mon séjour là-bas. Kyoto est une ville assez étendue, avec beaucoup de quartiers différents. Les meilleurs quartiers pour dormir à Kyoto sont au nombre de trois:

  • Le centre de Kyoto: cela concerne la zone autour des gares de métro Karasuma et Kawaramachi. C’est un quartier moderne, avec plein de restos et de bars pour sortir le soir, bien desservi par les transports et riche en offre hôtelière. Top choix: le Wayfarer Hotel Kyoto Shijo, qui offre un super compromis entre le confort occidental et le style japonais.
  • Gion et Higashiyama: ce sont les quartiers traditionnels de Kyoto. L’endroit idéal pour dormir dans un ryokan, une auberge traditionnelle japonaise avec chambre tatami et futon. Top choix: le Gion Hatanaka, un des meilleurs ryokan de Kyoto, une expérience exceptionnelle!
  • Le quartier de la gare: c’est le quartier le plus pratique pour se déplacer et visiter les environs de Kyoto, par contre, c’est un quartier un peu mort, essentiellement business. Top choix: le Mimaru Kyoto Station, très bien situé avec des chambres confortables et un bon accueil.


Quand aller à Kyoto

La haute-saison pour visiter Kyoto s’étend de mi-mars à mai et de septembre à novembre. La floraison des cerisiers a lieu de fin mars à mi-avril et les couleurs d’automne d’octobre à début décembre. La basse-saison a lieu en été (juillet-août), quand il fait très chaud et humide, comme dans un pays tropical, ainsi qu’en hiver, entre décembre et février. Il y a alors peu de touristes, mais la végétation est un peu dégarnie.

Conseil pratique: prévoyez des chaussures faciles à enlever et remettre car il faut se déchausser pour visiter les temples.

Guide voyage: pour des informations détaillées sur la ville, vous avez le choix entre plusieurs guides:

Tous mes conseils pour un voyage en Russie
L'Oktoberfest à Munich: une fête à faire au moins une fois dans sa vie!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

CommentLuv badge