A l’origine, on n’avait pas prévu du tout d’aller à Nida. Nida, c’est une petite ville balnéaire de Lituanie, au bord de la mer Baltique. A l’Ouest du pays et pas du tout sur la route de Moscou. Après Vilnius, notre prochaine étape c’était normalement Riga. Mais ce samedi soir dans la capitale balte, on tombe sur une équipe de beach-volleyeurs lituaniens qui nous font changer d’avis. Paulius, Mindaugas et leurs co-équipiers participent à un tournoi ce week-end à Vilnius. « Nida c’est le plus bel endroit de Lituanie!! Il faut absolument que vous alliez là-bas!! Il y a des dunes de sable magnifiques, la mer, la plage… » C’est vrai qu’avec les températures caniculaires qui sévissent ces jours-ci, la perspective d’aller lézarder sur la plage et se rafraîchir au bord de l’eau nous tente bien. Le problème, c’est qu’on commence à être short question timing. Notre objectif, c’est d’être à Moscou le 25 août pour voir U2, et on est déjà le 14 août. Il nous reste encore la Lettonie et l’Estonie à traverser, ainsi que Saint-Petersburg à visiter sur le chemin. Alors peut-on faire un détour de trois jours?

Et dimanche 15 août en début d’après-midi, après une longue nuit à faire la fête, on n’est pas plus décidées… Riga ou Nida? La capitale de la Lettonie ou les dunes de sable de la mer Baltique? C’est la grosse séance de brainstorming chez Hesburger, notre nouveau fast-food préféré en Lituanie. On est prêtes à partir, nos gros sac-à-dos à nos pieds, mais encore faut-il savoir dans quelle direction… Ouest ou Nord?? Finalement la perspective de pouvoir se baigner dans une eau bien fraîche fait pencher la balance en faveur de Nida. Un gros détour par rapport à Moscou, mais tant pis, il fait beaucoup trop chaud… On a besoin d’aller à la plage!! Vamos a la playa!!

Lituanie 1057

On quitte donc la capitale lituanienne en auto-stop sous un soleil de plomb, dégoulinantes de sueur sous nos gros sacs de 20 kilos. Deux voitures et un camion plus tard, et nous voilà à Klaipeda, à l’extrême Ouest de la Lituanie. Nida est située sur la péninsule de Kaliningrad. On doit donc prendre le ferry pour traverser la mince bande de mer Baltique qui nous en sépare. Il est 23 heures quand on arrive au port. Ouf, il y a des liaisons jusqu’à deux heures du matin!! On va donc bien pouvoir traverser cette nuit. On se dirige tranquillement vers l’embarcadère où le ferry est déjà à quai. Loin de se douter que le départ est imminent, on prend notre temps, on réajuste même sacs et K-Way car il commence à pleuvoir quelques gouttes… Et sans crier gare, voilà que les barrières se mettent à clignoter, le pont du ferry se relève… et le voilà parti sans nous… Ah, c’est rageant!! Si on s’était dépêchées un peu, on avait largement le temps de l’avoir. On consulte les horaires, et le prochain est à minuit. Ahlala… Une heure à attendre bêtement…

Sans compter qu’on n’a aucune idée de l’endroit où on va dormir à Nida. Depuis notre départ de Paris, on fait du couchsurfing à chaque fois, ce qui nécessite d’envoyer nos demandes d’hébergement quelques jours à l’avance. Chose qu’on n’a bien évidemment pas pu faire pour Nida vu qu’on a pris notre décision cette après-midi même. Que va-t-on bien pouvoir trouver là-bas en arrivant vers une heure du matin?? C’est le gros point d’interrogation. Quoiqu’il en soit, on aimerait bien poursuivre notre belle série d’hébergements gratuits entamée depuis Paris.  Aller voir U2 à Moscou en
auto-stop sans dépenser un rond ni en transport ni en hébergement et trouver nos billets de concert gratuits…: le challenge est intéressant.

Mais en attendant, on est toujours au port de Klaipeda à attendre notre ferry. La traversée est très courte, et peu avant 23h30, celui qu’on a loupé bêtement une demi-heure plus tôt est déjà de retour. On observe les voitures débarquer et embarquer sans se presser…. Sur notre prospectus, l’horaire de départ est minuit. Il ne sert donc à rien de se dépêcher… Et sans crier gare, voilà que les barrières se mettent à clignoter, le pont du ferry se relève… et le voilà parti sans nous… Mais qu’est-ce que c’est que ce bordel?? Il était censé partir à minuit pourtant…. On se retrouve à nouveau comme des connes les bras ballant sur le quai à regarder rageusement notre ferry s’éloigner… Ca fait quand même deux fois qu’on le rate alors qu’on est à 50 mètres à peine de la barrière… Non mais quelle belle paire d’idiotes on fait! On est assurément plus douées pour faire du stop que pour prendre un bateau.

Bon, cette fois-ci, le prochain, on le ratera pas!! On change de stratégie et on se dirige vers la file de voitures qui patientent pour le prochain départ. L’idéal, serait de trouver directement un véhicule qui nous amène à Nida, située à 40 kilomètres après le débarcadère du ferry. Aussitôt dit, aussitôt fait. On trouve rapidement trois Lituaniens qui acceptent de nous embarquer avec eux. Et avantage non négligeable: en tant que passagères d’une voiture, on n’a pas besoin de payer de ticket!!

Traversée vite expédiée et nous voilà en route pour Nida. Le temps a viré à l’orage et on commence vraiment à se demander ce qu’on va y trouver en arrivant. Notre objectif est de tomber sur des gens qui nous proposent de nous héberger pour la nuit, alors hors de question de se pointer à un hôtel.

Une heure du matin et nous sommes enfin arrivées. Toutes lumières éteintes, Nida a déjà l’air endormie. Notre voiture nous dépose devant un restaurant du centre-ville. Il pleut à verse et on se précipite à l’intérieur. Quelques personnes encore attablées, mais la serveuse nous informe que le service est terminé. On demande tout de même si on peut rester à l’intérieur le temps qu’il s’arrête de pleuvoir… Et nous voilà avec nos sac-à-dos énormes assises au milieu du restau. Et on fait quoi maintenant? Attendre nous semble la meilleure option. On verra bien si une solution se présente…

Et comme attendu, une solution ne tarde pas à se présenter. Intrigué par notre irruption tardive avec tous nos bagages, un des convives du restau vient s’asseoir avec nous. « Vous arrivez d’où comme ça…? » On lui explique notre trajet en stop, et le fait qu’on ne sache pas encore où on va dormir. « Oh, mais si vous êtes en galère, je peux trouver un moyen pour vous héberger », nous propose-t-il. Il a prévu d’aller boire un coup dans un bar avec des amis. « Si à deux heures du matin vous n’avez pas d’autre hébergement, appelez-moi », nous dit-il en nous laissant son numéro. Cool… On a déjà trouvé une solution. Et comme il nous apprend qu’il reste encore un bar ouvert, on décide d’y aller aussi pour boire un coup. La pluie s’est arrêtée et le restau où nous sommes ferme ses portes.

En route pour le bar en question, on passe devant le port de Nida. Notre attention est attirée par un bateau d’où s’échappent musique et rires sonores. Tiens, mais y aurait pas une fête organisée sur un yacht? Et si!! On s’approche histoire de voir ça de plus près. Tout plein de jeunes en train de boire et discuter sur le bateau, jusque sur le quai. Mais ça a l’air sympa cette petite soirée. Avec Emily, on a l’idée en même temps: ça serait pas trop génial de se faire héberger sur un yacht??? Toutes excitées par cette perspective, on s’approche lentement et on traine devant le bateau l’air de rien, toujours solidement arnachées avec nos sac-à-dos, le gros sur le dos et le petit sur le ventre… Ca c’est clair, on ne passe pas inaperçues avec tout notre bardas, ils vont bien finir par nous remarquer… « Hello…. » Ca y est, le contact est engagé. « Hey, where are you from…? » On entame la discussion avec les jeunes qui festoient sur le quai. On se fait offrir vodka et jus de fruit… à boire l’un après l’autre et surtout pas mélanger comme c’est l’usage en Lituanie. Ils fêtent le départ de l’une d’entre elles en Allemagne.

« Mais vous allez où comme ça? » nous interrogent-ils. « Ben justement, on vient juste d’arriver et on ne sait pas où dormir… Vous auriez pas une petite place sur le bateau pour
nous?… » On annonce la couleur direct, pas la peine de tourner autour du pot! Et le proprio du bateau, Valentas, est OK. Il a une cabine pour deux personnes de libre. Trop génial!! Mais on ne s’enflamme pas pour autant. La soirée a été bien arrosée, et on n’a pas envie de se retrouver coincées sur un bateau avec des mecs bourrés qu’on ne connait pas. On prend le temps de discuter avec les derniers participants de la fête qui prennent tous peu à peu congé. Mais pas de souci à avoir. Pas de dragueur relou dans les parages, et le capitaine a l’air cool. Comme d’habitude, on fait confiance à notre instinct, et la décision est prise: ce soir on dort sur un yacht!!!

P1410493

En guise de cabine, c’est plutôt juste un lit double avec hublots. Le bateau est sympa. Tout en bois et bien aménagé. Quelle surprise de se retrouver là. Ce matin on pensait encore aller à Riga, et on se retrouve hébergées sur un yacht au bord de la mer Baltique. Pour peu qu’on ne l’enferme pas dans la prison d’une sécurité castratrice, la vie est pleine de surprises formidables…

P1410477

On passe le lendemain une journée magique à Nida. Les dunes de sable sont incroyables. Tellement reposant après notre périple de trois semaines à travers les grandes villes de l’Est de l’Europe. Le bol d’air marin nous fait le plus grand bien. On pique une tête en fin d’après-midi dans les eaux de la mer Baltique. 22°C!! C’est beaucoup plus chaud que ce qu’on pensait. La plage est mixte: naturistes et « textiles »…. Mais, détail marrant, on met plus d’une heure pour réaliser qu’on est en fait sur une plage réservée aux femmes. Je me disais bien que c’était bizarre de n’avoir que des nanas autour de nous… Pour éviter de re-mouiller son maillot de bain, Emily en profite d’ailleurs pour faire un dernier plongeon en tenue d’Eve…

Un bon restau à Nida et une deuxième nuit à bord de notre yacht. Avec le doux tangage des eaux du port, Emily en a presque le mal de mer. Quant à moi, je me sens comme un poisson dans l’eau. Pas de meilleur bercement que le roulis d’un bateau. Puis c’est l’heure de reprendre la route en direction de la Lettonie. L’aventure balte continue. Lire la suite: les 24 heures de l’auto-stop de Tallin à Moscou.

En vidéo: Paris U2 Moscou Episode 8: squat sur un yacht en mer Baltique

Paris U2 Moscou – Episode 8: Yacht en mer baltique from Emily&Sarah Travels on Vimeo.



Les 24 heures du stop: de Tallinn à Moscou
Vilnius: spécialités gastronomiques, pique-nique et déménagements

5 commentaires pour “Squat improvisé sur un yacht au bord de la mer Baltique”

  1. Emily Zanier

    Répondre

    Ah ouais Nida, qu’est-ce que c’était génial et beau! Et qu’est-ce qu’on a bien fait d’y aller! C’est la seule fois où on s’est baignées dans la mer depuis le début du voyage!


  2. Lucie

    Répondre

    Et bien ils ont l’air sympathiques ces lituaniens, ça donne vraiment envie d’aller y faire un tour 😉


  3. Julia

    Répondre

    Salut, cela fait déjà 1an que je suis ton blog ( grâce à ton passage sur france inter dans Allo la planète avec Eric Lange ) avec toujours la même joie de découvrir toutes tes aventures autour du monde. J’ai 21ans je suis une passionnée de voyage et je rêve depuis qqs années de voyager.
    Ton blog ne peut que donner envie aux gens comme moi de foncer, et de se dire que les voyages sont vraiment la plus belle chose au monde. En plus ton idée des places de concert gratos est vraiment extra!
    Je te souhaite une bonne continuation et au plaisir de te lire!
    Julia.


Trackbacks/Pingbacks

  1.  Vilnius: spécialités gastronomiques et pique-nique champetre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge